Les Nats manqueront de colle dès le début

Actualité

Maxime Lauzier

Publié le 6 mars 2018 à 9h55

Daniel Murphy, qui a subi une intervention chirurgicale (microfracture au genou droit) pendant la période hivernale, ne devrait pas percer le terrain lors de la journée d’ouverture. L’organisation ne s’est pas caché la tête dans le sable au sujet de la réhabilitation de Murph qui a pris un pas de recul… Le joueur de deuxième coussin se promène toujours avec une attelle, mais il parvenait tout de même à s’élancer. Il s’élançait avec un t-ball puisqu’il était rendu à cette étape dans son cheminement.

Une colle très efficace. Photo : Geoff Burke-USA TODAY Sports

On ne veut rien précipiter du côté des Nats. Mike Rizzo et la direction y vont au ralenti dans ce dossier afin que le numéro 20 récupère pleinement. Ça progresse plus lentement que souhaité, ce qui devrait l’empêcher de participer à l’ouverture officielle de cette saison 2018. Dave Martinez a certes de la profondeur sur son banc, mais il n’y a qu’un seul Daniel Murphy au sein de ce groupe. C’est là qu’il est question de cette fameuse colle. Je parle de la colle qui sert à « tenir » une équipe unie, qui prend soin de ses pairs et qui mène le groupe de façon exemplaire.

Howie Kendrick et Matt Reynolds peuvent jouer un rôle « important » pendant l’absence du capitaine, mais personne à l’étoffe de celui-ci, autant comme joueur, que comme meneur. Kendrick et Reynolds sont davantage des acteurs de soutien que des personnages principaux, où tout tourne autour d’eux.

Oui, je me dirige quelque part avec mes skis…

L’un des plus grands leaders aux yeux de plusieurs

Toutes les joutes sont importantes lors de ce long marathon de 162 matchs et les Nats amorceront vraisemblablement leur marathon le plus important de leur courte histoire sans leur capitaine. Celui qui vient tout souder cela ensemble. À type de comparaison, l’Impact sans Patrice Bernier n’a clairement pas le même éclat. C’est la meilleure façon d’imager le rôle de Daniel Murphy au sein de cette équipe.

Qui s’occupe de calmer les petites montées de lait de Bryce Harper pendant une rencontre? Qui enlace Trea Turner lorsque celui-ci commet une erreur défensive? Qui enseigne à ses homologues l’art de frapper de manière professionnelle? À toutes ces réponses, vous pouvez répondre… Daniel Murphy! Ce gars-là est propre comme la soutane du pape et droit comme le plus droit des êtres humains que vous connaissez.

Murph est là pour le ramener. Photo : USA Today Sports Images

Lorsqu’il est arrivé chez les Nats, son impact a été immédiat… et ses « nouveaux » coéquipiers (nouveaux, à cette époque) l’ont encensé de manière très éloquente.

Son leadership au sein du club-house ne rentre pas dans les normes (il est plus grand que phénoménal)! Son sens du jeu est tout simplement incroyable et j’ai déjà appris beaucoup de lui! – Strasburg

Il a sa façon de faire bien à lui. Il ne se gêne pas de parler aux gars afin de livrer des conseils ou des enseignements! – Werth

La préparation qu’il a tous les jours, dans la cage, sur le terrain, en suivant sa routine, c’est quelque chose que vous voulez de votre coéquipier! – Harper

Bryce Harper a rapidement été très impressionné par Dan Murphy, surtout de la façon dont celui-ci se prépare.

Murphy ne parle pas beaucoup de lui puisqu’il met l’équipe de l’avant. Le chef « spirituel » des Nats, c’est lui. Il est le capitaine de ce navire et son absence lorsque la saison sera propulsée ne passera pas inaperçue.

Oui. Tout ce brouhaha pour jaser de la réhabilitation de Daniel Murphy, mais avouez que ça vaut le détour.

Source des citations : Washington Post

Tags:

Articles similaires