La simplification des statistiques offensives – 2e partie

Actualité

Maxime Lauzier

Publié le 11 février 2018 à 10h00

Dans mon plus récent texte, je vous décortiquais avec précision quelques statistiques offensives (OBP, SLG et OPS) de base.

https://twitter.com/passion_mlb/status/960604288539090949

Aujourd’hui, je reviens à la charge avec un article portant sur des statistiques offensives dites avancées. Elles seront un peu plus difficiles à comprendre, mais ne vous inquiétez pas, je simplifierai ces statistiques au maximum pour que vous compreniez leur essence.

OPS+

Lundi dernier, nous avons vu l’OPS ensemble. Cette donnée est de plus en plus utilisée, mais elle fait fi de l’environnement du terrain. L’OPS+, lui, prend en considération le stade dans lequel le joueur évolue et ses divers facteurs. Le calcul est le suivant :

OPS+
Photo : A Very Simple Game

Pour bien comprendre cette statistique, il faut savoir que l’OPS+ moyen est de 100. Ainsi, un point au-dessus de 100 signifie que le joueur est supérieur à la moyenne de la ligue de 1%. Cela veut donc dire qu’Aaron Judge (OPS+ de 171) a été meilleur de 71% de l’ensemble de ses pairs l’an dernier. Si l’on jette un oeil à la saison 2017, on peut dire que l’OPS+ pour un joueur d’élite est de 145 ou plus puisqu’ils sont seulement dix à avoir atteint cette marque.

wOBA

Le wOBA (Weighted On-Base Average) se veut être une statistique qui donne un «poids» à chaque façon de se rendre sur les sentiers. Il y a six façons d’atteindre les coussins soit un but sur balles, un lancer qui atteint le frappeur, un simple, un double, un triple et un circuit. La beauté de cette statistique, c’est que contrairement à l’OBP, le wOBA ne donne pas la même valeur à chaque coup sûr. Évidemment, on s’entend tous sur le fait qu’un circuit fait beaucoup plus de ravages qu’un simple à l’avant-champ. Ainsi, les six façons énumérées ont une valeur différente lorsque l’on procède au calcul du wOBA. Son calcul est sujet à changement chaque année dans le but d’apporter les ajustements nécessaires pour qu’il soit le plus représentatif possible au fil des saisons. Voici le calcul du wOBA de 2013, selon FanGraphs :

wOBA
Capture d’écran : FanGraphs

Le plus important, c’est de comprendre que le wOBA représente la moyenne de présence sur les buts en plus d’accorder la bonne valeur à chaque apparition sur les coussins. De plus, il est ajusté de sorte que la moyenne de la ligue soit sensiblement la même que pour l’OBP, ce qui améliore la compréhension de cette statistique. En 2017, le wOBA moyen s’est maintenu à .321. Tout comme pour l’OBP, les joueurs d’élite sont en mesure de conserver un wOBA de .400 et plus. En fait, ils sont seulement 11 à avoir atteint de pareils chiffres lors de la plus récente campagne.

wRC et wRC+

Le wRC (Weighted Runs Created) a pour but de mesurer la contribution d’un joueur en «points marqués». Ainsi, cette statistique accorde à chaque joueur une valeur offensive. Il nous est donc possible de déterminer combien de points un joueur vaut à l’aide d’un seul chiffre. FanGraphs décrit le wRC comme une version améliorée du RC (Runs Created) de Bill James, un gourou des stats. L’inventeur du wRC, Tom Tango, se sert du wOBA expliqué ci-dessus pour former cette donnée. Les joueurs d’exception ont cumulé un wRC de 110 et plus en 2017.

Mike Trout
Mike Trout a dominé la MLB au chapitre du wRC+. Photo : upi.com

Du wRC découle le wRC+ (Weighted Runs Created Plus), une statistique voulant comparer le wRC de chaque joueur à la moyenne de la ligue. Le wRC+ prend en considération l’environnement du stade où le joueur dispute ses parties. Bref, le wRC+ est pour le wRC ce que l’OPS+ est pour l’OPS. Tout comme l’OPS+, un wRC+ moyen est de 100. Ainsi, un wRC+ de 125 signifie que le joueur est meilleur de 25% que ses pairs pour contribuer à marquer des points. On peut dire que les meilleurs frappeurs de 2017 ont présenté un wRC+ de 140 et plus, puisqu’ils sont seulement une vingtaine à avoir réalisé cet exploit.

Pour les lecteurs préférant les artilleurs aux frappeurs, soyez sans crainte. Des textes simplifiant les statistiques des lanceurs suivront.

Source : FanGraphs

Tags:

Articles similaires