Comme vous et moi, les joueurs de baseball professionnels sont des êtres humains et leur rendement au travail varie d'une année à l'autre.

Alors, il est normal que certains athlètes qui faisaient l'envie de tous les directeurs généraux il n'y a pas si longtemps, perdent de leur lustre en peu de temps comme c'est le cas pour Mookie Betts, Francisco Lindor et Trevor Story. Ces trois joueurs, bien classés l'an passé, se retrouvent dorénavant à l'extérieur du top-10 des meilleurs joueurs du circuit selon MLB Network.

Le point ici n'est pas d'affirmer que ces joueurs sont sur la pente descendante et des années de misère sont à prévoir, mais uniquement de constater que la gloire est éphémère et qu'il faut la goûter pleinement, au moment opportun.

Invité sur les ondes radiophoniques de MLB Network, l'analyste et ancien dirigeant du baseball majeur, Jim Bowden, a expliqué qu'il est habituel de voir des joueurs glisser quand vient le temps de constituer un classement des meilleurs de leur profession à un moment précis.

Selon lui, en peu de temps, la coordination oeil-main peut être affectée ce qui fait toute la différence et explique que des joueurs soient moins efficaces et productifs et glissent sous le radar et, du fait même, soient moins visibles.

Ceci explique cela et le nouveau classement des meilleurs joueurs selon MLB Network confirme la montée des jeunes loups tels Shohei Ohtani, Juan Soto, Fernando Tatis Jr., Vladimir Guerrero Jr. et Ronald Acuna Jr.

Avec son absence prolongée, c'est Mike Trout qui paie le prix et se retrouve au quatrième rang de ce classement.

Lorsqu'un directeur général prépare une grosse transaction impliquant un ou plusieurs gros noms ou lorsqu'il se prépare à offrir un contrat sur plusieurs années à un joueur vedette, il doit prévoir une éventuelle baisse de régime de leur part et calculer le risque en conséquence.

Rares sont ceux qui ont maintenu une cadence et des statistiques de super-héros tout au long de leur carrière et lorsque c'est le cas, les portes du Temple de la renommée s'ouvrent rapidement pour eux.

Mon propos ne vient pas diminuer la contribution des Betts, Lindor et Story à leurs équipes respectives, mais plutôt de mettre en lumière le jeu de chaise musicale sain et nécessaire qui se joue au haut de la pyramide des joueurs doués du baseball majeur.