Justin Turner a vanté la façon dont les Blue Jays traitent leurs joueurs (et les familles)

Actualité, Blue Jays

Charles-Alexis Brisebois

Publié le 19 juin 2024 à 18h30

Dans la MLB, il y a 29 équipes aux États-Unis et une seule au Canada. Par la force des choses, les Blue Jays de Toronto doivent parfois accepter que des joueurs ne veulent pas quitter les États-Unis.

D’autres veulent le faire, mais pas à tout prix. L’organisation doit donc s’assurer que les autres éléments soient sur la coche pour que les joueurs déménagent leur famille au Nord de la frontière.

Le fait que le club soit moins bon en 2024 n’aidera sans doute pas la cause du club cet hiver sur le marché de l’autonomie, mais par les années passées, ce n’était pas un facteur négatif.

Le fait que les Blue Jays étaient un bon club et que les installations de l’organisation (autant à Dunedin qu’à Toronto) étaient sur la coche a permis de se donner une run pour Shohei Ohtani, notamment.

Vous pensez que cela n’a pas rapport? Détrompez-vous.

Justin Turner, qui a choisi les Blue Jays cet hiver, est d’avis que la façon dont le club traite ses joueurs et les familles de ceux-ci a un lien avec le fait qu’il est attirant de jouer pour les Blue Jays.

De son côté, il aime la ville de Toronto, qu’il trouve vivante, et il affirme même que sa femme veut que leur enfant naisse à Toronto, question d’avoir les deux nationalités.

C’est cool, ça.

C’est le genre d’aspect qui est discuté entre les gars quand un joueur est soit libre comme l’air, soit en position de refuser une transaction via sa clause de non-échange. De voir que Toronto a une bonne réputation peut faire la différence.

Reste à voir si cela fera la différence quand le club piquera du nez au classement.

  • Pas d’échéancier pour Jasson Dominguez.
  • Kyle Bradish a été opéré.
  • Anthony Rizzo sur la liste des blessés de 60 jours.
Tags:

Blue Jays de Toronto, Canada, Justin Turner

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Pascal Harvey

Félix Forget

Laisser un commentaire