Jose Abreu à la défense de son gérant Tony La Russa

Actualité

Maxime Trudeau

Publié le 20 juin 2022 à 18h00

Une des grosses déceptions dans la MLB cette saison se retrouve sans aucun doute du côté des White Sox de Chicago. L’équipe, que plusieurs voyaient non seulement remporter aisément leur division, mais aussi se rendre jusqu’en Série mondiale, en déçoit plus d’un. Au moment d’écrire ces quelques lignes, la formation de la Ville des vents ne joue même pas pour .500. Elle présente un dossier de 31-33, bon pour le troisième rang de leur division.

Avec de si hautes attentes et un aussi faible rendement, il est normal d’essayer de trouver des coupables. Dans le fabuleux monde du sport, le coupable le plus évident est souvent l’entraîneur-chef. Le gérant des Sox Tony La Russa n’y échappe pas et est la cible d’attaques constantes à son égard.

Jose Abreu, MVP de l’année 2020, est venu à la défense de son entraîneur, en affirmant être heureux qu’il soit gérant.

Critiquer de l’extérieur

Selon Abreu, il est facile pour les gens de maugréer, car ils ne sont pas dans le vestiaire avec l’équipe et ne sont pas au courant des multiples situations quotidiennes entourant l’effectif. 

Toujours selon ses affirmations, les gens, que ce soit les représentants des médias ou encore les fans, ne savent pas à quel point l’équipe est unie, malgré les difficultés et la tempête qu’elle est en train de traverser.

Évidemment, un collectif qui déçoit est souvent aux prises avec de nombreuses blessures au cours d’une année. Les White Sox n’y ont pas échappé. Selon le joueur de premier but, oui, les gens savent pour les blessures, cependant, ils ne savent pas tout ce que l’équipe a fait pour surmonter les dites blessures. Les chemins traversés ensemble pour gagner des matchs de baseball sont importants.

Pour en finir avec Abreu, il a dit que l’homme de 77 ans avait la confiance et le support de tous les joueurs et qu’au final, la responsabilité de remporter des parties revenait aux athlètes et non au gérant. Ce sont eux qui foulent les terrains, après tout.

Espérons pour les partisans de Chicago que ce message haut et fort de la part d’un des leaders de la formation puisse les amener à élever leur jeu d’un cran, car après tout, la saison n’est pas perdue. Il reste quand même 98 matchs à jouer!

Parlant du reste de la saison pour les White Sox, ils entament ce soir une série de trois duels à domicile face aux puissants Blue Jays de Toronto. Ensuite, ils recevront cette fois-ci, pour une série de quatre rencontres, les Orioles de Baltimore. S’ils parviennent à retrouver une fiche de .500 après ces sept parties, ce sera un bel exploit et pourrait relancer leur campagne.

Soyons francs ici, Chicago joue dans la division la plus faible des Majeures, donc rien n’est totalement perdu pour eux. Ils peuvent se ressaisir rapidement et efficacement. L’idée des séries n’est pas aussi loin qu’on peut le penser!

10e manche
  • Jordan Romano a une bonne saison.
  • Ça brasse à Los Angeles.
  • Mises à jour à New York.
  • Contrat des mineures chez les Mets.
  • Dur coup pour Jeff McNeil.
Tags:

Jose Abreu, Tony La Russa, White Sox de Chicago

Articles similaires

Sébastien Berrouard

Sébastien Berrouard

Sébastien Berrouard