Il est temps de respecter Paul Goldschmidt à sa juste valeur

Actualité

Félix Forget

Publié le 24 mai 2022 à 16h00

Imaginez que vous êtes le DG d’une équipe de la MLB et que quelqu’un vous propose de greffer à votre formation l’un des 15 joueurs ayant une MPP (OPS) de .900 ou plus depuis 2017 à votre formation, un joueur qui vient d’ailleurs au 12e rang pour les circuits durant cette période. De plus, le joueur en question a remporté un Gant doré à deux reprises ainsi qu’un Bâton d’argent à deux reprises durant cette période.

J’imagine que vous vous diriez que c’est une occasion d’ajouter l’un des meilleurs joueurs de la ligue au sein de votre alignement, non?

Quand on pense à des joueurs qui figurent parmi l’élite du sport, le nom de Paul Goldschmidt en est un qui ne revient pas souvent. Cependant, le joueur dont je vous parlais tantôt est nul autre que le joueur de premier but des Cardinals de Saint-Louis.

Hier encore, Goldy a joué les héros face aux Jays, offrant la victoire aux Cardinals en manches supplémentaires avec un grand chelem.

Mais même si Goldschmidt a toutes les caractéristiques d’un joueur d’élite, il est rare qu’il soit considéré de la sorte. Durant ses années en Arizona, malgré le fait qu’il soit passé bien près de remporter un titre de MVP à trois reprises, le fait qu’il évolue dans un petit marché qui n’a pas forcément connu beaucoup de succès l’a laissé dans l’ombre.

Et même depuis son arrivée chez les Cardinals, où il a connu de très belles saisons jusqu’à maintenant, il demeure tout de même dans l’ombre des Adam Wainwright et Yadier Molina, qui sont des légendes locales, mais également de Nolan Arenado, pourtant arrivé après lui.

Quand je regarde les chiffres de Goldy en carrière, je me dis qu’il est un joueur dont la valeur pour une équipe est cruellement sous-estimée. Je ne sais pas si c’est parce qu’ils ont tous les deux joué pour les Cardinals, mais Goldschmidt me rappelle drôlement Scott Rolen qui, à moins d’une surprise, devrait faire son entrée à Cooperstown d’ici une ou deux années.

Parce que oui, quand je regarde la carrière de Goldschmidt, je vois un joueur qui est en train de se frayer un chemin vers Cooperstown lorsqu’il accrochera ses crampons.

Il est peut-être encore un brin tôt pour affirmer une telle chose, j’en conviens, mais quand on considère que Goldy est l’un des meilleurs (et peut-être même LE meilleur) joueurs de premier but de sa génération sur le plan défensif, ça ajoute à sa candidature à la Scott Rolen.

En plus de tout ça, il ne faut pas oublier que Goldy est capable de s’offrir quelques larcins. Combien de joueurs de premier but capables de frapper aussi bien que lui ont déjà connu une campagne avec 32 buts volés, ce qu’il a accompli en 2016? Je n’en connais pas beaucoup, personnellement.

Paul Goldschmidt est une superstar, et il est temps qu’il soit reconnu à sa juste valeur. Ses statistiques me laissent croire qu’il aura le CV nécessaire pour entrer à Cooperstown, mais disons qu’une bague de la Série mondiale (comme Rolen, tiens tiens…) pourrait lui donner le dernier petit boost nécessaire pour confirmer sa place.

Tags:

Cardinals de Saint-Louis, Paul Goldschmidt, Temple de la renommée

Articles similaires

Félix Forget

Sébastien Berrouard

Charles-Alexis Brisebois