Eric Hosmer comme catalyseur de la relance des Padres

Actualité

Maxime Lauzier

Publié le 19 février 2018 à 11h30

À bien des égards, les Padres sont les Browns de Cleveland du baseball. L’élu quand vient le temps de désigner l’ultime équipe poche de son sport fétiche. Ils ont tenté un retour à la pertinence après la saison 2014 via de nombreux échanges, mais ont régressé dès la campagne suivante. Aujourd’hui, c’est leur relève qui frappe à la porte et qui pourrait ramener du baseball compétitif à San Diego.

Et à cet égard, l’acquisition d’Eric Hosmer n’est pas banale.

Tout comme mon collègue le Tank, j’ai fait le saut quand j’ai lu sur le contrat. Huit ans et 144 millions pour Hosmer avec une clause de non-échange complète, soit le plus gros contrat de l’histoire des Padres! À première vue, mettre sous contrat un vétéran pendant huit saisons au cœur d’un processus de reconstruction, quand au même moment l’an dernier, les Padres octroyaient un autre « plus gros contrat de leur histoire » à un joueur qui évolue à la même position qu’Hosmer, ça ne semblait pas une sage décision.

Mais voilà, Hosmer est un cas particulier.

Un modèle pour les jeunes joueurs

Parmi toutes les qualités qu’il amène à un club, c’est d’abord son leadership et sa prestance dans un vestiaire de baseball qui ressortent. Le genre de joueur qui a un impact au-delà de sa feuille de statistique. Pour une équipe qui regorge de jeunes talents, avoir un modèle de comportement et de dévouement au sport, c’est peut-être exactement ce dont les Padres avaient besoin à l’instant.

Parce que des espoirs, ils en ont. Fernando Tatis jr, MacKenzie Gore, Luis Urias, Cal Quantrill, Michel Baez et Adrian Morejon font tous partie du top 50 des meilleurs espoirs du MLB Pipeline. Ils ont également une belle profondeur derrière ces talents bruts qui leur donne un des meilleurs systèmes fermes des Majeures.

Fernando Tatis, 8e espoir de la MLB Pipeline, est l’un des nombreux jeunes qui vont profiter de l’arrivée d’Hosmer. (Reynaldo Holguin/San Antonio Missions)

Mais encore, des jeunes, il y en a dans l’équipe à ce moment même. Jose Pirela, Manuel Margot, Hunter Renfroe, Dinelson Lamet et Austin Hedges ont tous complété leur première saison entière dans la MLB en 2017.

Alors, que ce soit des jeunes qui graduent dans le grand club ou des joueurs qui s’établissent au plus haut niveau, ils auront maintenant un champion de la Série mondiale dans le vestiaire, quelqu’un sur qui ils pourront modeler leur éthique de travail.

Hosmer, le joueur de baseball

Ce qui est toutefois perdu dans ce discours, c’est qu’Eric Hosmer, le joueur de baseball, est en outre très bon. Il vient de connaître la meilleure saison de sa carrière au bâton, frappant pour une moyenne de .318 avec un OBP de .385 et 25 circuits. Sa puissance n’est pas remarquable pour son époque, mais il compense en frappant la balle en lieu sûr, en ne se faisant pas souvent retirer sur des prises (125 frappeurs se sont fait passer dans la mitaine plus souvent en 2017) et en étant un modèle de constance (trois saisons de suite avec au moins 158 matchs joués).

https://twitter.com/SportsInfo_SIS/status/965617531183620096

On pourrait croire qu’il s’est donné un peu plus en année de contrat, car ses chiffres sont quelque peu plus élevés que sa moyenne de carrière. Cependant, Hosmer n’a que 28 ans et il pourrait très bien arriver à San Diego à son apogée. De plus, il semble aimer jouer au Petco Park, alors que dans un petit échantillon de huit matchs, il a frappé pour ,441 en plus de trois circuits et 14 points produits.

En fait, le plus gros débat le concernant est à propos de sa défensive. Il vient de remporter un Gant doré, son quatrième à ses cinq dernières saisons. Ces honneurs lui sont remis principalement pour sa capacité à aller chercher toutes les balles lancées vers lui. Pour le reste, les statistiques avancées le détestent. De tous les joueurs ayant été sur le terrain pour au moins 900 manches en 2017, il s’est classé 17e sur 21 pour les Defensive Runs Saved, une statistique reconnue qui évalue le nombre de points qu’un joueur en défensive a sauvé ou coûté à son équipe. En carrière, il aurait coûté 21 points à son équipe au premier but. Bref, il est très bon et très mauvais à la fois.

Que faire avec Wil Myers?

Dans tous les cas, il prendra la place à Wil Myers au premier-but. Les Padres ont consulté Myers et il n’a posé aucune objection à un retour au champ extérieur, sa position lorsqu’il a gradué dans les Majeures. De plus, Myers a connu Hosmer lorsqu’il était dans l’organisation des Royals et s’est réjoui de le retrouver à San Diego.

C’est plutôt le statut du reste de la défensive qui est inconnu. Myers prendrait la place de Hunter Renfroe au champ droit, qui prendrait la place de Jose Pirela dans le champ gauche, qui se déplacerait au deuxième but. Un petit manège que les Padres devront régler pour le début de la saison.

Peu importe, la tâche d’Hosmer à San Diego est énorme. Redonner de la crédibilité à une organisation qui n’en a pas est un lourd fardeau. Mais parions qu’à 144 millions, c’est avec un grand sourire qu’il s’y acharnera.

Tags:

Articles similaires