Dodgers : les hauts et les bas des retraits sur trois prises

Actualité

Sébastien Berrouard

Publié le 1 mai 2024 à 12h30

Dans le baseball d’aujourd’hui, la longue balle ou le retrait sur trois prises semblent souvent être les deux seules issues possibles lors d’une apparition au bâton, même si on sent que la tendance pourrait s’inverser tranquillement.

D’ailleurs, dans leur victoire par la marque de 8-4 lundi soir face aux Diamondbacks de l’Arizona, les Dodgers de Los Angeles ont terminé la soirée sans être retiré au bâton, une première pour la franchise californienne depuis 2006.

Les 44 frappeurs que les Dodgers ont envoyés à la plaque sans être retiré sur trois prises marquent le plus grand nombre à ce chapitre depuis le 18 juillet 2017, alors que les Indians de Cleveland avaient envoyé 46 frappeurs au marbre sans que ces derniers ne soient retirés au bâton dans une victoire de 9-3 contre les White Sox de Chicago.

Et comme on peut l’imaginer, le gérant Dave Roberts était très satisfait de la performance de ses ouailles.

Il y a eu beaucoup de présences au bâton compétitives. En dix-huit ans, nous avons vu beaucoup de matchs de baseball depuis que c’est arrivé. Je pense qu’il faut donner tout le crédit aux joueurs pour s’être bien battus au marbre.

Pourtant, les Diamondbacks ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour que les Dodgers s’élancent dans le vide ou regardent passer une troisième prise. En effet, les cogneurs californiens ont vu 17 comptes différents de deux prises, évitant toujours le K.

Pour un club comme celui de Los Angeles, qui a déjà mené le baseball majeur au chapitre des retraits sur des prises et qui se situe encore dans le top-10 dans cette catégorie, il s’agit d’un très bel exploit. D’ailleurs, hier soir (mardi), les frappeurs des Dodgers ont enregistré neuf retraits au bâton dans la défaite, dont six par les trois premiers de l’alignement offensif : Mookie Betts, Shohei Ohtani et Freddie Freeman.

Il ne faudrait donc pas qu’ils retombent dans leurs bonnes vieilles habitudes, car il y a une semaine de cela, les Dodgers affichaient un dossier d’un petit match au-dessus de la barre de ,500. Depuis lors, ils ont remporté sept de leurs huit derniers matchs.

À l’inverse, s’ils continuent d’être sélectifs à la plaque comme ce fut le cas lundi, ils seront très difficile à arrêter.

Tags:

Dave Roberts, Dodgers de Los Angeles

Articles similaires

Sébastien Berrouard

Charles-Alexis Brisebois

Pascal Harvey

Laisser un commentaire