Chronique d'une baseball mom : Voyage vers une autre époque

Actualité

Maxime Lauzier

Publié le 30 mars 2018 à 5h30

Chronique d’une baseball mom : Cynthia Cyr, collaboratice

Photo : François Doyon

La veille de Pâques, qui arrive le 31 mars cette année, ma famille et moi assisterons à un match de la série d’ouverture de la saison des Blue Jays. Pas besoin de vous dire que j’ai eu droit à une onomatopée d’enthousiasme («Yé! ») de la part de mes enfants lorsque je leur ai annoncé la grande nouvelle!

Ce sera donc une première rencontre entre « l’équipe famille Doyon » et la nouvelle version des Jays, celle de 2018, avec certaines plumes en plus et certaines plumes en moins….

Quoi qu’il en soit, alors que j’étais encore au travail, c’est mon époux que vous connaissez bien (le Tank!) qui me faisait la surprise de ce petit voyage comme on les aime!

La première question que je lui ai alors posée c’est : « mais que vas-tu porter? » Une question typiquement féminine me direz vous? Pas vraiment… malheureusement. Comme vous vous en doutez bien, le passereau ne sera pas en vedette sur le couvre-chef de mon conjoint. Vous ai-je précisé que les Jays feront face aux Yankees de New York? Pas besoin d’en dire davantage. Ma tendre moitié assume complètement le lien d’appartenance à son équipe.

Émotions confuses

Notre joueur favori! Photo : François Doyon

Quant à moi, c’est un peu compliqué ou disons…. émotionnellement confus… Bien que, tout comme mes enfants, l’idée d’une escapade familiale dans la ville torontoise m’enchante toujours, je ne peux pas vous cacher que je suis pour la première fois assaillie par des sentiments contradictoires.

La seule idée de me retrouver au Roger Centre pour assister au match de cette équipe qui m’a fait découvrir le baseball, cette équipe que j’ai encouragée avec mes enfants, ce joueur qui a fait briller les yeux de mon garçon, NOTRE joueur favori à mon ti-loup et à moi…. Mais non, ce n’est plus cette équipe. Bien sûr, les Jays demeurent les Jays, mais cette année, c’est sans José Bautista que l’oiseau prendra son envol.

En fait, j’appréhende ce moment lors du voyage où, portant encore fièrement et fidèlement le numéro 19, je me tournerai vers mon fils et repenserai à tous ces souvenirs dont José Bautista est la pierre angulaire. Pour moi, le départ de Bautista c’est bien plus que le départ d’un simple joueur, c’est la fin d’une époque. Le frappeur de puissance représente le début de mon histoire d’amour avec le baseball ainsi que celle de mon garçon. Il incarne en quelque sorte la complicité d’une maman avec son fils.

Je me rappellerai toujours de sa première présence au bâton à laquelle j’ai assisté du confort de mon salon, mon garçon à mes côtés. J’ai tout de suite su qu’il allait nous faire vivre de grandes émotions. Son attitude déterminée jusqu’à la façon dont il tenait son bâton bien haut dans les airs nous a immédiatement charmés. Il est devenu alors mon joueur, NOTRE joueur!

Un hot dog sans moutarde!

Je suis bien consciente qu’une équipe ne repose pas sur un seul joueur, mais pour moi, les Jays sans José, c’est un peu comme manger un hot dog sans moutarde, ça bouche un trou, mais ça manque incontestablement de saveur!

Jose Bautista a marqué l’histoire des Blue Jays de Toronto et l’imaginaire de ses partisans. Photo : Reddit

Dernièrement, j’ai félicité ma fille qui m’avait écrit un petit mot parce qu’elle s’ennuyait de moi alors que j’étais au travail. J’étais en fait très fière d’elle puisqu’elle avait pensé utiliser un moyen concret pour se sentir mieux. Je réalise que, pour moi, vous écrire aujourd’hui aura été salutaire tout comme pour ma fille. Ai-je complété mon deuil de José Bautista? Assurément pas. Le coup de coeur que mon fiston et moi avons eu pour le numéro 19 ne pourra être égalé puisqu’il est unique et lié à de précieux souvenirs.

Ceci étant dit, comme je vous le mentionnais plus tôt, c’est la fin d’une époque. Par conséquent, nous sommes donc à l’aube d’une nouvelle ère, prêts à vivre d’autres beaux moments qui, à leur tour, deviendront des souvenirs indélébiles.

De nouveaux coups de coeur ne sont donc pas exclus… peut-être même que l’un d’entre eux a déjà réussi à m’émouvoir… fait-il partie des Jays ou d’une autre équipe? Est-ce le même joueur qui interpellera mon fils? Je ne vous en dirais pas davantage puisque, aujourd’hui, je tiens à laisser toute la place à celui qui sera toujours le numéro un dans mon coeur et dans celui de mon ti-loup… je lui adresserai donc cette dernière ligne.

« Au revoir cher José et merci pour tout… sincèrement, Baseball Mom»

Tags:

Articles similaires