Chris Paddack à deux manches d'un match sans point ni coup sûr

Actualité

Maxime Lauzier

Publié le 18 juillet 2019 à 4h00

Hier soir était un match important pour Chris Paddack. Le jeune lanceur était désigné afin de prendre la balle à Miami contre l’organisation qui l’a repêché.

Et lors de son tout premier match dans le stade de Derek Jeter, Paddack aura démontré à quel point les Marlins n’auraient pas dû l’échanger contre un joueur de location du nom de Fernando Rodney. Il s’est véritablement démarqué en lançant sept manches sans point ni coup sûr. D’ailleurs, la seule raison pour laquelle ce n’était pas un match parfait après cinq manches, c’est en raison d’une erreur (un mauvais lancer) de Fernando Tatis Jr.

Ce n’était pas la soirée de l’arrêt-court puisqu’il a aussi subi quatre retraits sur des prises pour une première fois en carrière.

Malgré le fait que Paddack soit un lanceur qui ne soit pas habitué de lancer un grand nombre de tirs dans une partie en raison de sa blessure subie la saison dernière, il n’était qu’à 76 tirs après six manches et 82 tirs après sept manches. Il était vraiment dans son élément.

https://twitter.com/AJCassavell/status/1151657164102164480

Paddack était donc de retour pour la huitième, où il a accordé un circuit en solo au premier frappeur auquel il a fait face, Starlin Castro. Il aura retiré deux autres gars avant de laisser sa place après 7.2 très belles manches de travail.

Au final, il aura lancé un seul point et aura passé huit gars dans la mitaine. Il était en grande forme et a même eu droit à une timide ovation de la part de la foule présente à Miami. Si seulement, se disaient-ils sans doute.

https://twitter.com/AJCassavell/status/1151663091945484288

Notez d’ailleurs que sa prochaine sortie aura lieu contre les Mets de Pete Alonso. Un gros duel est à prévoir.

Le premier match sans point ni coup sûr des Padres – la dernière organisation des Majeures à ne pas avoir réussi l’exploit – devra donc attendre. Mais avec un gars comme Paddack qui n’est qu’une recrue, il est permis de rêver à San Diego.

Tags:

Articles similaires