En 1997, les Marlins de la Floride devenaient la franchise qui remportait la Série mondiale le plus rapidement dans l’histoire. Fondés en 1993, les Marlins ont pris la mesure des Indians de Cleveland en sept matchs quatre ans plus tard et devenaient ainsi champions du monde.

Avec Pedro Martinez dans la rotation, les Indians auraient-ils remporté cette série ultime? Il est logique de penser que l’ajout de celui qui a remporté son premier trophée Cy Young la même année avec les Expos aurait permis d’écrire un scénario bien différent.

Partageant le plateau de MLB Network avec Pedro, John Hart, le directeur général des Indians à l’époque, confirme qu’il lui aurait été possible de mettre la main sur le meilleur lanceur du moment alors qu’il portait les couleurs tricolores de l’équipe canadienne.

Souvenons-nous que l’année suivante, celui qui est encore aujourd’hui considéré comme l’un des meilleurs artilleurs à avoir joué pour les Expos, prenait la direction de Boston.

Hart a été l’ingénieur de très belles années à Cleveland. Sous sa gouverne, les Indians ont enlevé six titres de division en dix ans, tout en participant à deux Séries mondiales.

https://twitter.com/MLBNetwork/status/1413323637571031040

Aujourd’hui, la décision de Hart de ne pas passer à l’action et transiger avec les Expos est considérée comme la pire de l’histoire des Indians.

Mais, à sa défense, les Indians de l’époque tout comme l’équipe d’aujourd’hui, n’est pas considérée comme étant celle qui est la plus généreuse et ses dirigeants administrent la concession de façon très serrée.

Hart confirme en avoir discuté avec le propriétaire du temps, Richard Jacobs, et ce dernier lui aurait alors demandé combien coûteraient les services de Pedro au cours des années à venir. Le directeur général lui aurait alors répondu : il va coûter très cher. C’est ce qui aurait dissuadé la haute direction de passer à l’acte.

En 1997, les Indians se sentaient en confiance ayant dans leur rotation plusieurs vétérans avec les Orel Hershiser, Jack McDowell et Jose Mesa pour appuyer leur as du temps, Bartolo Colon. Ajoutons à cela le fait qu’un jeune artilleur, Jaret Wright, retenait l’attention de l’équipe et était considéré comme l’avenir du club.

Nous pouvons maintenant spéculer et affirmer que la domination des Indians de l’époque aurait été encore plus longue et plus prospère, mais cette transaction, qui n’a jamais eu lieu, restera gravée dans la mémoire des partisans de l’équipe.

Le principal intéressé, Pedro Martinez, a préféré en rire et a mentionné que le gérant des Indians du temps, Mike Hargrove, ne l’avait pas choisi comme partant du Match des étoiles tenu en 1998.