La balle-molle : un sport à découvrir

Actualité

Maxime Lauzier

Publié le 22 avril 2018 à 13h00

J’ai l’habitude de vous parler majoritairement des Red Sox, surtout avec un tel début de saison, mais aujourd’hui, j’ai envie de jaser balle-molle.

Pourquoi la balle-molle? Parce que j’ai adopté ce sport à la suite de mon aventure dans le baseball junior et je ne l’ai jamais quitté depuis. Comme plusieurs qui arrivent du baseball, j’étais loin de respecter le sport, ça semblait si facile! Cependant, avec les années, je me suis fait des amis, quelques ennemis aussi, mais j’ai eu du plaisir et j’ai surtout appris à aimer la balle-molle.

Un sport à découvrir. Photo :  Action Argenteuil

L’adaptation

En provenance du baseball et à 22 ans, on se croit invincible. On pense avoir tout vu. La réalité, c’est que l’on doit prendre le temps de s’adapter à la balle-molle, car non ce n’est pas aussi facile que l’on puisse le croire! Défensivement, on s’adapte plus rapidement, mais au bâton, c’est là que l’ajustement est plus difficile pour plusieurs. La trajectoire ascendante de la balle et les bons lanceurs qui mélangent très bien leurs balles rapides et leurs changements de vitesse n’aident pas la cause. Plusieurs autres petites choses peuvent nuire à l’adaptation comme la grosseur de la balle, les bâtons et les balles réglementés ainsi que la distance entre les buts.

La Thérésienne

La défunte ligue La Thérésienne a été mon point de départ et c’est le cas pour plusieurs anciens joueurs de baseball. Cette ligue a été longtemps considérée comme l’une des meilleures au Québec, car elle acceptait les lanceurs de calibre  »A ». Elle a permis à plusieurs de bâtir des relations, des amitiés, de s’épanouir en tant que joueur, mais aussi de compétitionner au meilleur niveau. Plusieurs joueurs avec qui j’ai joué au baseball étaient aussi dans cette ligue.

Cubs-Champions
Champions lors de la dernière saison de la défunte Thérésienne. Photo : Facebook

Grand Chelem C

Le Grand Chelem C Rive-Nord a été fondé en 2013 par une dizaine de joueurs qui désiraient participer à des tournois de façon régulière, pendant la saison estivale, dans un calibre moins élevé que le Grand Chelem B. Dix équipes ont alors été créées et elles s’affrontent dans six tournois, dont une grande finale avec des bourses plus grandes. Ces tournois sont disputés un peu partout dans les Laurentides et Lanaudière. Le Grand Chelem C est parfait pour les joueurs qui débutent dans le sport, mais qui ont une certaine expérience de baseball ou pour les joueurs plus vieux qui trouvent le calibre  »B » trop fort.

Les-Reds
Ma gang, les Reds (2013@2017) dans le Circuit C. Photo : J-F Charles

Grand Chelem B

Un calibre de lanceurs  »A » et  »B », ce qui augmente les difficultés au bâton. Certains lanceurs ont des balles rapides qui peuvent dépasser les 80 milles à l’heure et à plus de 40 pieds du marbre, disons que le temps de réaction n’est pas énorme. Le Grand Chelem B existe depuis fort longtemps et les gens qui s’en occupent le font très bien. La compétition y est féroce, mais le plaisir et la bière y sont au rendez-vous. Outre les lanceurs, les frappeurs et les joueurs en défensive y sont majoritairement plus solides et les tournois se font un peu partout en province entre la Rive-Sud, Québec, les Laurentides, Lanaudière et le Centre du Québec.

Photo d'équipe
Champions pour un 3e tournoi de suite dans le Grand Chelem B avec Bourassa en 2015. Photo : J-F Charles

La ligue d’Oka

Cette ville entre autres reconnue pour son traversier, son parc et les routes pour le vélo est aussi hôte d’une ligue très amicale. Avec seulement cinq équipes, tous les joueurs se connaissent et l’ambiance y est intéressante. De calibre  »C », ce circuit est parfait pour tous ceux qui désirent s’initier au sport. On y retrouve un bon mélange de jeunes joueurs de baseball et de vétérans de balle-molle. Bien évidemment, il y a plusieurs ligues de ce genre partout en province.

Photo-équipe
Équipe  »Les Denis » à Oka. Finaliste de la saison 2017. Photo : Facebook

Les ligues et les différents tournois qui existent ont tous leurs qualités et leurs défauts. Ils ont tous aussi  leurs personnages et leurs fans. Une chose est certaine, tout le monde y trouve son compte. Que ce soit pour la compétition, le plaisir de jouer, pour faire partie d’une équipe qui souvent devient une famille ou simplement pour la bière et les discussions d’après match.

La balle-molle est populaire, mais malheureusement, le nombre de joueurs ne va pas en augmentant. Le sport est vieillissant et la majorité des ligues cherchent des joueurs qu’ils soient débutants ou non.

Si parmi vous il y a des lecteurs qui veulent des informations sur différentes ligues ou tournois, vous pouvez me contacter et je me ferai un plaisir de vous aider. Une façon de vous démarquer à la balle-molle est de devenir un bon lanceur et les équipes iront directement à vous c’est certain.

Bonne balle et bon été à tous!

Tags:

Articles similaires