Est-ce que Cody Bellinger manque de détermination?

Actualité

Maxime Lauzier

Publié le 30 avril 2018 à 5h04

Quelle que soit la raison, ça ne va pas très bien pour les Dodgers depuis le début de la présente campagne. Bien que les champions en titre, les Astros, voguent sur les vapeurs de la dernière Série mondiale et qu’ils trônent au sommet de leur division (l’Ouest de l’Américaine) avec 19 gains contre 10 revers, il en est tout autrement pour l’équipe de Los Angeles.

Ceux qui se battaient pour le titre en  2017, croupissent maintenant à l’avant-dernier rang de l’Ouest de la Nationale – tout juste devant les pauvres Padres – et peinent à jouer pour .500 avec un dossier de 12 gains contre 15 revers.

Qui l’avait prédit? Pas moi, en tout cas!

Un gérant qui veut réveiller ses troupes

Les Dodgers étaient au domicile de leur adversaire de San Francisco ce weekend dans une série de quatre duels en trois jours qui s’est amorcée vendredi. Cette série comprenait un programme double samedi, alors que le premier match de la journée était une reprise de la rencontre du 6 avril, annulée en raison de la pluie.

Bref, cette fin de semaine s’est conclue avec un décevant dossier d’un gain (lors du match repris) contre trois revers pour la troupe de Dave Roberts.

Ce dernier a d’ailleurs commencé à démontrer des signes d’impatience dimanche. Il a retiré Cody Bellinger du match après la cinquième manche, alors que le joueur avait pourtant frappé un simple en première et un double en cinquième.

Questionné sur la raison du pourquoi, Roberts a affirmé que la recrue de l’année dans la Nationale la saison dernière avait manqué de détermination sur le double, alors que la balle était tombée à 421 pieds du marbre dans l’allée que l’on surnomme « l’allée des triples » au AT&T Park (champ centre droit). Pour lui, Bellinger aurait dû se retrouver au troisième coussin, mais il a mis trop de temps à sortir de la boite des frappeurs.

Pour Cody Bellinger, sa vision de la chose est différente et il ne croit pas avoir manqué de détermination ou de combativité sur la séquence. Pour lui, il s’agissait d’un gros élan sur une balle courbe, ce qui l’a positionné sur un genou à la fin de celui-ci. D’où le lent départ vers le premier coussin.

Ensuite, il explique que l’équipe était en arrière de quatre points et qu’il n’allait pas risquer un retrait au troisième, alors qu’il se retrouvait tout de même en position de marquer.

Manque de combativité ou de détermination? Vous jugerez par vous même, mais quoi qu’il en soit, il est clair que Roberts tente de réveiller quelque chose dans cette équipe qui a beaucoup trop de talent pour se retrouver en bas du classement.

Même si l’absence de Justin Turner se fait sentir, le gérant sait très bien que le jeune Bellinger est aussi très important dans les succès de l’équipe.

https://twitter.com/BallparkVids/status/990733257808449536

Tags:

Articles similaires