En prison et innocent, il retrouve sa liberté après 23 ans… et son emploi chez les White Sox

Actualité

Maxime Lauzier

Publié le 28 mars 2018 à 7h30

L’histoire de Nevest Coleman pourrait bien servir de scénario pour un film. Après avoir passé 23 ans en prison pour un crime qu’il n’a pas commis, Nevest a été libéré et blanchi. Non seulement ceci, mais il a réalisé un rêve qu’il a cajolé tout ce temps… celui de ravoir son emploi chez les White Sox de Chicago.

Tout souriant, il s’est pointé à son travail comme il le faisait si souvent en 1994 avant d’être arrêté, lunch à la main. Des images poignantes d’un homme heureux d’avoir retrouvé sa liberté après en avoir été aussi longtemps brimé. Être misérable ou en colère ne l’intéresse pas.

Si je suis misérable, alors tout le monde autour de moi le sera. Si je suis en colère, tout le monde sera en colère. Pourquoi je le serais? C’est le temps de vivre ma vie. J’ai mon fils, ma fille, trois petits-enfants, des soeurs et des frères. Je n’ai pas besoin qu’ils soient misérables ou en colère à cause de moi. Je vis au jour le jour et fais du mieux que je peux. Il n’y a aucune raison d’être fâché à présent.

Une belle philosophie de vie n’est-ce pas?

Il peut enfin profiter de sa vie et reprendre là où il a laissé il y a 23 ans.

En novembre, il a réitéré son envie de revenir occuper son emploi chez les White Sox, utilisant l’ancien nom du stade. Un peu figé dans le passé comme sa vie l’a été lors des 23 dernières années. Ça fait beaucoup à assimiler, ce qu’il a fait depuis novembre, jour où a été libéré. L’organisation a entendu l’histoire, lui a fait passer une entrevue afin de s’assurer qu’il était toujours apte à occuper ce poste. La bonne nouvelle? C’est que malgré son absence du monde du baseball, il n’a rien perdu de ses compétences.

Ça n’effacera peut-être pas les 23 années qu’il a perdues, mais ça mettra assurément un baume sur tout ça.

Sources : Chicago Tribune | Washington Post

Tags:

Articles similaires