Blue Jays : l’incertitude sur le monticule en 2025 est inquiétante

Actualité, Blue Jays

Charles-Alexis Brisebois

Publié le 10 juin 2024 à 14h30

En 2023, le monticule était une force pour les Blue Jays. Malgré l’absence d’un partant #5, c’est ce personnel-là qui a tiré le club en séries malgré une attaque plus… modeste.

C’est avec sensiblement le même personnel sur le monticule que le club est arrivé en 2024, mais les choses ont changé depuis. En fait, en quelques mois, le portrait est plus sombre. Au point d’affecter la stratégie du club à la date limite dans deux mois? Qui sait.

Tout ça pour dire que la blessure d’Alek Manoah, qui se fera opérer, devrait l’empêcher de commencer la prochaine saison. Et avec Yusei Kikuchi (un client de Scott Boras) qui sera agent libre dans quelques mois, cela ajoute de l’incertitude.

C’est donc dire qu’en ce moment, il y a trois joueurs à surveiller : Jose Berrios, Kevin Gausman et Chris Bassitt seront là. À moins, évidemment, d’une blessure ou d’une transaction.

Notons que Bassitt sera agent libre après la saison 2025, lui.

Oui, des Yariel Rodriguez et Ricky Tiedemann (qui ont peu d’expérience) de ce monde auront leur chance. Mais tout comme Manoah, en raison des blessures, ils sont des points d’interrogation.

En relève, Trevor Richards et Yimi Garcia, deux artilleurs efficaces, seront admissibles à l’autonomie dès cet hiver. Ils pourraient donc ne pas revenir en vue de la saison 2025.

Jordan Romano, Genesis Cabrera, Chad Green, Tim Mayza et Erik Swanson seront autonomes dans un an et demi, eux. En gros, l’enclos pourrait partir au complet d’ici la fin de la saison 2025, ce qui rend la prochaine année inquiétante.

C’est quand même gros.

Je me demande jusqu’à quel point cela va affecter les décisions qui seront prises par l’état-major cet été et l’hiver prochain. Après tout, si tous les lanceurs – ou presque – décident de partir, cela forcera le club à reconstruire par la force des choses.

Tags:

Blue Jays de Toronto

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Pascal Harvey

Pascal Harvey

Laisser un commentaire