Noah Syndergaard avait plusieurs offres lucratives sur la table

Les Angels et Noah Syndergaard se sont entendus aujourd’hui sur les termes d’un contrat d’un an et 21 millions de dollars.

Cela ne veut pas dire qu’ils ont trouvé leur sauveur pour autant. En effet, l’équipe californienne est loin d’avoir fini son magasinage hivernal.

Publicité

Thor n’est que le début.

Los Angeles n’était pas le seul sur le cas de Syndergaard. Plusieurs équipes ont tenté de faire son acquisition avec des offres aussi ou même plus lucratives que les Angels.

Selon ce que rapporte Peter Gammons, l’une des offres avoisinait les 25 millions de dollars.

Signer aujourd’hui était une décision intelligente du droitier. Pourquoi? Car d’ici demain (mardi), il passera des tests physiques. S’il avait échoué ces tests (avec aucun contrat en poche), il aurait été obligé d’accepter l’offre qualificative des Mets de New York (18,4 millions de dollars). La date limite pour accepter est mercredi, 17h.

Publicité

Mais là, vu qu’il a signé pour 2,3 millions de dollars de plus que l’offre des Mets, il n’a pas à s’inquiéter des tests physiques d’un point de vue monétaire.

Pour ce qui est des équipes qui ont soumis des offres au grand droitier, les Blue Jays étaient l’une d’entre elles. En fait, trois équipes de l’Est de l’Américaine étaient dans le derby jusqu’à la toute fin (Toronto, New York et Boston).

D’autres formations du circuit étaient certainement dans la course, mais n’ont pas offert un effort maximal comme l’ont fait les trois clubs nommés ci-dessus.

L’annonce de la signature de Syndergaard a été mentionnée après celle de Berrios. Est-ce que les deux signatures ont un lien?

Si on se fie aux rumeurs, cela veut dire que Toronto arrive encore deuxième…

Image par défaut
Raphael Simard
Publications: 436