Les Dragonflies de Tampa-Montréal, ça vous dit?

On sait déjà depuis quelques temps que Tampa Bay songe à l’idée de placer les Rays en garde partagée avec Montréal. Dans cette optique, compte tenu du fait que la franchise diviserait son temps entre deux endroits, elle pourrait aussi se doter d’une nouvelle identité.

Dans un texte publié dans le Tampa Bay Times, vendredi dernier, le journaliste Charlie Frago a suggéré que cette équipe semi-relocalisée porte le nom de Dragonflies. « Libellules », pour en faire la traduction en français.

Publicité

Qu’est-ce qui explique ce choix, qu’on ne voit d’ailleurs à peu près jamais dans le sport, qu’il soit amateur ou professionnel?

Le président de la concession, Brian Auld, a évoqué la possibilité de construire un nouveau stade à ciel ouvert dans la région de Tampa. Pour le dire avec Victor DiMaio, consultant politique pour la ville de Tampa Bay, il y aurait des libellules « partout sur le terrain » si jamais l’équipe jouait dans un pareil stade au printemps, par exemple.

Auld, qui juge qu’il est impossible de pouvoir maintenir du baseball des Rays à l’année longue à Tampa Bay, vient préciser que la libellule est une espèce d’insecte qui migre du Canada vers la Floride vers la fin de l’été, type de mouvement migratoire assez rare chez les animaux.

Publicité

Ce n’est donc pas un nom lancé comme ça, au hasard, sans réflexion préalable. Mais c’est aussi troublant, en ce sens que voir du baseball de la MLB à Montréal sans que ce soit celui des Expos, ce serait fort probablement un non pour plusieurs partisans de balle.

Les amateurs de sport de la métropole ont un attachement envers les Expos, qu’ils espèrent pratiquement tous voir revenir s’installer au Québec.

Les Dragonflies, ce n’est pas pareil. Ça n’a pas le vécu ou l’identité des Expos. Et ça a le désavantage d’être en anglais, ce qui posera sûrement inconvénient dans la tête de quelques-uns.

En revanche, advenant que de s’appeler autrement soit le prix pour ramener de la balle des rangs majeurs chez nous, est-ce que ça en vaut la peine? La question se pose assurément.

Image par défaut
William Thériault
William est un véritable passionné d'actualité et d'information. Rêveur se démenant au quotidien, il a le journalisme pour vocation. Le sport, c'est son amour de jeunesse.
Publications: 508