Alex Anthopoulos a réussi à amener son équipe jusqu’à la Série mondiale

Il y a quelques jours, j’écrivais qu’Alex Anthopoulos avait, encore une fois, mené son équipe plus loin que prévu. Après tout, le Montréalais était aux commandes d’une équipe qui était destinée à connaître une vilaine saison avec les blessures (Ronald Acuna Jr. et Mike Soroka) et l’absence de Marcell Ozuna, trois joueurs importants.

Vaincre ses démons (lire ici les Dodgers) n’allait pas être facile pour le dirigeant. AA, qui a travaillé pour les Dodgers en 2016 et 2017, savait que son ancien club n’était pas une proie facile. Après tout, à deux reprises depuis son arrivée à Atlanta, ce sont les Dodgers qui l’ont éliminé, donnant un brin aux Braves une réputation d’équipe qui croule sous la pression.

Publicité

Mais avec ses belles acquisitions (Joc Pederson, Eddie Rosario, Adam Duvall et Jorge Soler) et les impondérables qui ont guidé son club, Anthopoulos a vu les siens se rendre en Série mondiale.

Et pour la première fois comme chef des opérations d’un de ses clubs, le voilà en Série mondiale.

Notons qu’il s’était rendu en 2017 comme vice-président des Dodgers. Il s’était d’ailleurs incliné contre les Astros, qui ont triché. Ce sont d’ailleurs les adversaires des Braves de 2021.

Après quatre ans à la barre du club, la formation est à sa main. Il a revampé l’enclos. Il a changé son champ extérieur. Il a ajouté les bonnes pièces.

Il a l’expérience de Toronto (2015), de L.A. et des dernières années à Atlanta. Il savait qu’il devait tout donner puisqu’on ne sait pas ce qui peut arriver.

Et ses patrons lui ont donné le feu vert pour le faire.

Publicité

Nous avons travaillé tellement fort. (…)

Terry McGuirk (son patron) est venu me voir à la pause des étoiles pour me dire de faire tout ce que je pouvais pour améliorer le club.

– Alex Anthopoulos

Évidemment, il faut donner du crédit aux joueurs pour ça. Un gars comme Freddie Freeman, dont les parents sont Canadiens, est le coeur et l’âme de l’équipe. Tout le monde est content de le voir, à ce point-ci des séries, être encore là.

Notons qu’avec Mike Soroka (blessé), les Braves ont un beau contingent de Canadiens.

Mais revenons à Anthopoulos.

Comme j’en ai parlé ce matin avec Pierre Rinfret au 91.9 Sports, Anthopoulos est un gars qui a fait ses classes à Montréal avant de déménager à Toronto. Il est un modèle pour les jeunes d’ici qui veulent percer dans le baseball majeur.

Et il est inspirant de le voir atteindre la Série mondiale avec son club.

Souhaitons au Québécois qu’il soit en mesure de ramener le titre de la Série mondiale à la maison.

Image par défaut
Charles-Alexis Brisebois
Présent depuis les débuts du site, Charles est un véritable passionné de baseball. Il souhaite que les amateurs aient le réflexe de choisir Passion MLB pour s'informer et que le baseball continue de prendre de l'importance au Québec. Vous pouvez aussi l'entendre régulièrement sur les ondes du 91.9 Sports afin de discuter de l'actualité de la MLB.
Publications: 4519