Une autre saison décevante pour les Royals de Kansas City

Comme je le dis toujours, c’est lorsque l’on aime le plus que l’on est le plus blessé et, encore une fois cette saison, mes petits Royals de Kansas City chéris auront fini par me blesser. 

Par nous blesser, nous tous, loyaux partisans de l’équipe. Que nous le soyons depuis l’époque de George Brett ou encore depuis plus récemment, comme moi, soit depuis l’odyssée des séries de 2014.

Publicité

Certes, il reste encore six rencontres à disputer au calendrier régulier de 2021 avant que le dernier retrait ne soit officialisé dimanche prochain face aux Twins du Minnesota. Six rencontres qui viendront confirmer que Kansas City jouera bien en-deçà de la barre des .500 pour une énième saison. Que la progression de l’équipe ne va pas comme prévu. Qu’une place en série éliminatoire n’est pas encore à portée de main. Pire encore, que l’objectif avoué à demi-mot de conclure une saison avec une fiche positive semble dans un avenir si lointain.

Les saisons se suivent et se ressemblent

Ionesco citait dans l’œuvre La cantatrice chauve : Prenez un cercle, caressez-le, il deviendra vicieux. C’est comme si, en effet, on pouvait prédire l’issue des campagnes d’années en années.

  • Un personnel des lanceurs qui ne performe pas assez pour conduire l’équipe à la victoire de match en match. Autant au niveau des partants que de la relève. 
  • Des jeunes dont la progression n’est pas celle espérée.
  • Salvador Perez qui connaît une saison incroyable autant en attaque qu’en défensive. 
  • Les rumeurs voulant que Whit Merrifield soit transigé à la date limite des transactions.
  • Adalberto Mondesi qui n’offre pas des performances à la hauteur de son potentiel.
  • Hunter Dozier qui déçoit.
  • Etc…

Du moins, cette année, nous avions quelques éléments de nouveauté à analyser qui auraient pu faire une différence. L’ajout de Benintendi était une bouffée d’air frais. Santana au premier but pour solidifier l’avant-champ qui en avait tant besoin. Taylor au champ centre à un prix modique. Oui c’est bien beau tout ça, mais reste que ça n’a rien changé au bilan du mois de septembre. Malheureusement.

Publicité

Pourtant, ça avait si bien commencé. Souvenez-vous KC était la meilleure équipe de la ligue durant le premier 15 % de la saison. J’en profitais, car je savais bien, au fond de moi, que ça n’allait pas durer. Bon sens que j’ai aimé suivre l’équipe durant cette vingtaine de parties!

À quoi s’attendre dans l’avenir à court terme de l’équipe

Je sais qu’il est trop tôt pour en parler, car la présente saison n’est pas terminée, or, en toute honnêteté, je ne sais trop à quoi m’attendre pour l’an prochain. Ma seule attente réaliste est de me dire que je serai encore une fois déçu, aussi plate que cela puisse paraître. C’est à ce point, oui!

Mais vous savez quoi?

Reste qu’au mois de mars prochain, je serai encore là à les aimer. À me dire que cette année ce sera enfin la bonne. Parce qu’au final, on ne peut être contre la vertu, mais surtout, on ne peut empêcher un cœur d’aimer. 

Image par défaut
Maxime Trudeau
Partisan #1 des Royals de Kansas City. Joueurs favoris: Whit Merrifield, Christian Yelich. Passion pour tout ce qui touche le monde du sport et le milieu agricole. Le Plateau Mont-Royal, Montréal. Bachelier Université du Québec à Rimouski, Communication Relations humaines.
Publications: 207