Marcus Semien met fin à un match de fou face aux A’s

Tirant de l’arrière par la marque de 8-2 en huitième manche, les Blue Jays ont déployé toutes grandes leurs ailes afin de venir à bout des Athletics d’Oakland 11-10, hier au Rogers Centre.

Les Jays ne veulent pas mourir et se battent actuellement avec l’énergie du désespoir afin d’atteindre un poste de meilleur deuxième qui leur permettrait de prolonger leur saison 2021.

Publicité

Les visiteurs à Toronto cette fin de semaine, les A’s d’Oakland, sont aussi dans cette course, eux qui ont trébuché à maintes reprises récemment et ont vu les Astros creuser l’écart au sommet de la section Ouest de l’Américaine.

C’est donc une belle occasion pour les locaux de conserver leur niveau de motivation au plus haut et disons que le premier match de cette série a prouvé que la troupe de Charlie Montoyo ne baisserait pas les bras.

En frappant une claque bonne pour trois points en fin de neuvième, sa 34e de la saison, Marcus Semien a littéralement soulevé la foule et mis un point final à ce match, qui se destinait pourtant pour devenir une humiliante défaite face à des opposants tout aussi affamés.

Statistique intéressante : cette saison, les équipes du baseball majeur cumulaient un dossier de 1-457 lorsqu’elles tiraient de l’arrière par six points ou plus en huitième manche ou plus tard dans le match. Hier, les Jays ont fi de cette statistique en comblant deux fois des déficits significatifs en fin de partie.

Publicité

Le partant des Jays, Alek Manoah, a connu un départ difficile, un premier pour lui depuis une éternité. Le lanceur recrue démontre la régularité d’un métronome depuis son rappel plus tôt cette saison.

Semien s’est attiré les bons mots de son coéquipier Manoah et de son gérant Charlie Montoyo. Après la victoire, les deux ont qualifié le vétéran et ancien des Athletics de véritable leader de la formation et d’un travailleur infatigable sur qui on peut compter match après match.

Évidemment, le héros de cette partie n’aurait pu retenir l’attention n’eut été de son coéquipier Lourdes Gurriel Jr. qui a contribué largement à ce ralliement tardif en frappant la longue balle (un grand chelem) lui aussi, mais une manche plus tôt.

Les Jays auront de bonnes chances de remporter la série face aux A’s en envoyant tour à tour Jose Berrios et Robbie Ray sur la butte pour les deux autres matchs de samedi et de dimanche. Ils devront faire le plein de victoires, car ils prendront la route par la suite direction New York pour se frotter aux Yankees et à leur as, Gerrit Cole.

10e Manche
  • Une machine.
  • Tout un duel à San Francisco.
  • Victoire des Yankees.
Image par défaut
Pascal Harvey
Passionné par le sport en général et formé en journalisme, j'affectionne particulièrement le baseball. L'éloge de la lenteur est au cœur de ma relation avec le passe-temps préféré de nos voisins du sud.
Publications: 357