La statue de Gary Carter se cherche un domicile

Pour la génération de nos papas, ou bien celle de nos grands-pères dépendamment notre âge, les héros d’enfance étaient Guy Lafleur l’hiver (dont c’est le 70e anniversaire de naissance aujourd’hui. Bonne fête, monsieur Lafleur) et Gary Carter l’été.

L’ancienne gloire des Expos était un homme aimé de son public. Ce n’est pas donc pas pour rien que le Musée Grévin avait inauguré une statue de cire à son effigie en 2017 pour commémorer l’importance du personnage et tout l’amour que les Québécois avaient pour lui.

Publicité

Cependant, avec l’annonce toute récente de la bien triste fermeture du Musée Grévin, il faut donc trouver une nouvelle maison et une nouvelle vocation aux dites statues de cire. Mais diantre, que donc faire de celle du numéro 8?

Un homme qui ne sera jamais oublié

Des 128 statues existantes, une quarantaine ont déjà trouvé preneurs, précise madame Kathleen Payette, directrice générale de Grévin Montréal. C’est de bon augure pour celle de Gary Carter.

En premier lieu, si les personnages sont vivants, la statue leur est offerte. Or, comme dans le cas de monsieur Carter qui est décédé en 2012, c’est à la famille que l’on offre l’œuvre d’art. Il y a fort à parier que madame Sandy Carter, veuve de la légende des Expos, acceptera le cadeau, elle qui était présente en 2017 au dévoilement et qui avait adoré le résultat.

Publicité

Sinon, en attendant une nouvelle résidence formelle, le fameux collectionneur des Expos, Perry Gee, s’est offert pour garder chez lui temporairement la réplique du receveur. Quel homme de classe, ce Perry Gee! Je suis persuadé qu’il en prendrait soin comme de la prunelle de ses yeux.

Mais sinon

Mais outre ces solutions, que faire avec la statue? Je comprends bien que ça doit être difficile d’entretien, mais quand même, Gary Carter a beaucoup trop eu d’importance dans l’histoire du Québec pour que sa réplique de cire soit fondue vulgairement.

L’œuvre pourrait aller au Stade olympique, théâtre des plus grands exploits de l’idole d’un peuple. Ce serait un lieu de recueillement pour les fans des Expos, d’une certaine façon, et lorsqu’il y a événement au Stade, les gens pourraient aller y jeter un œil et prendre des photos Instagram avec Gary! Ce serait un genre de mausolée, si on peut dire ainsi.

Sinon, si la statue finit par être vendue, j’espère que l’argent amassé ira à une bonne cause, que ce soit pour une association de baseball mineure ou encore pour la recherche sur le cancer, la cause du décès du principal intéressé de ce texte.

Image par défaut
Maxime Trudeau
Partisan #1 des Royals de Kansas City. Joueurs favoris: Whit Merrifield, Christian Yelich. Passion pour tout ce qui touche le monde du sport et le milieu agricole. Le Plateau Mont-Royal, Montréal. Bachelier Université du Québec à Rimouski, Communication Relations humaines.
Publications: 212