Échange Rangers-Yankees : Joey Gallo est encore sensible

Échangé aux Yankees de New York en juillet, Joey Gallo n’a pas encore complètement digéré le fait que les Rangers du Texas l’aient envoyé ailleurs après six ans et demi de vie commune. Établi au Texas depuis 2012, il se voyait mal vivre dans un autre endroit.

En entrevue avec Kennedi Landry du MLB.com, le voltigeur de 27 ans a confié qu’il pensait encore beaucoup à l’organisation des Rangers, qui l’a choqué en se départissant de lui. Il se disait prêt à traverser une reconstruction avec eux et ses agents discutaient même d’une possible prolongation de contrat avec le club.

Publicité

« C’était émotif, c’est sûr. Ce l’est encore. Je vérifiais si j’avais toutes mes affaires et j’ai beaucoup pleuré. »

– Joey Gallo, sur son échange aux Yankees

Cette sensibilité toujours présente doit faire partie des raisons qui l’empêchent de décoller sur la côte Est. Frappant seulement pour .176 en 47 matchs dans le Bronx, celui qui a été sélectionné pour le Match des étoiles cette saison-même a clairement la tête ailleurs.

Gallo, 6 pieds 5 pouces et 250 livres, est le modèle du frappeur qui se présente au bâton avec l’intention d’envoyer la balle de l’autre côté de la clôture à chaque tentative. Et quand ça ne fonctionne pas, c’est un retrait sur des prises. Ce n’est pas pour rien qu’il mène la MLB dans cette catégorie peu glorieuse cette année (avec 197).

Publicité

Il faut tout de même admettre que parfois, ça fonctionne. Le nouveau venu des Yankees compte 12 circuits et 20 points produits depuis son arrivée. Ce n’est pas mal, mais disons que la moyenne au bâton en prend un vilain coup.

Et même s’il reconnaît que le marché new-yorkais est très exigeant, Joey Gallo tient à saluer sa nouvelle équipe pour ses efforts à l’intégrer.

« Je m’habitue encore à juste vivre ici, être avec une nouvelle organisation et tout ça. Les Yankees ont rendu la transition aussi facile que possible pour moi. J’apprécie ça. Mais comme j’ai dit, j’ai passé toute ma vie au Texas depuis mes 18 ans. Ce n’était pas une chose facile pour moi [de partir]. »

– Joey Gallo

Peut-être qu’une fois habitué, le grand gaillard reprendra du poil de la bête.

Image par défaut
William Thériault
William est un véritable passionné d'actualité et d'information. Rêveur se démenant au quotidien, il a le journalisme pour vocation. Le sport, c'est son amour de jeunesse.
Publications: 509