Malgré tout, Willson Contreras veut rester à Chicago à long terme

Nous sommes quelques jours passé la date limite des transactions et les Cubs de Chicago ne se retrouvent plus avec personne d’important.

Javier Baez (Mets), Anthony Rizzo (Yankees), Kris Bryant (Giants) et Craig Kimbrel (White Sox de Chicago) ont tous quitté les Cubs. De ce noyau élite, seul Willson Contreras est encore dans l’organisation.

Publicité

Il doit vraiment se sentir seul, lui.

Par contre, le receveur est ouvert à l’idée de négocier avec les Cubs pour une prolongation de contrat. Si Chicago veut bâtir à l’entour de lui, c’est la chose à faire. Un peu comme Juan Soto à Washington.

J’adorerais rester ici. J’aime Chicago. J’aime ma ville. J’aime l’équipe. C’est la seule équipe pour laquelle j’ai joué. S’ils veulent reconstruire autour de moi, je suis ouvert aux discussions.

Willson Contreras

Évidemment, Rizzo, Baez et Bryant ont dit la même chose, mais lorsqu’ils ont l’opportunité d’aller gagner ailleurs et/ou casser la banque ailleurs, ils n’ont plus ce même sentiment d’appartenance.

Contrairement à ces trois joueurs, Contreras ne devient pas joueur autonome avant la fin de la saison prochaine. Son contrat n’est pas quelque chose de pressant pour lui et l’organisation, donc.

Publicité

Et si Chicago ne voit pas Contreras dans les plans de l’équipe, l’équipe peut toujours l’échanger lui aussi cet entre-saison ou à la date limite des transactions l’an prochain. Et comme Rizzo et compagnie, elle pourrait recevoir un bon retour en l’échange de ses services. Cette année, il frappe pour .233 et maintient une moyenne de présences sur les sentiers de .340.

Il a également obtenu 17 circuits et 37 points produits en 94 rencontres.

Je ne pense pas que tu bâtis une équipe à l’entour d’un gars comme Contreras, mais il sera définitivement un joueur important au cours des prochaines années. Mais s’il devait à être échangé, je ne sais pas comment les partisans prendraient cette nouvelle, surtout dans un marché comme Chicago.

À suivre…

Image par défaut
Raphael Simard
Publications: 372