Il faut parler de la saison des Brewers de Milwaukee

Mettons en lumière aujourd’hui une équipe qui ne fait pas assez parler d’elle à mon sens depuis le début de la saison : les Brewers de Milwaukee. Pourquoi je dis qu’il ne font pas assez parler d’eux? Parce que bon an mal an, au moment d’écrire ces lignes, l’équipe possède la troisième meilleure fiche du côté de la Ligue nationale ainsi que la quatrième, à égalité avec deux autres équipes, pour l’ensemble de la MLB. On parle ici d’un cumulatif de 66 victoires contre 46 défaites.

En début de saison, presque tous s’entendaient pour facilement couronner les Cardinals de Saint-Louis rois de la division Centrale de la Nationale. Surtout avec la venue de Nolan Arenado qui avait fait grand bruit. Puis, plusieurs, pour leur part, s’attendaient à une dernière poussée des Cubs de Chicago avec leur groupe de vétérans aguerris. On a vu ce que ça a donné à la date limite des échanges! Enfin, certains voyaient les Reds de Cincinnati venir brouiller les cartes dans cette division, sans nécessairement y finir au premier rang. La postérité leur aura d’ailleurs donné raison. Pour les Pirates, nul besoin d’en parler en long et en large (désolé à ma collègue Alexandra Greaves). 

Publicité

En toute discrétion, les Brewers étaient de ces discussions, mais sans voler la vedette. On savait le personnel de lanceurs de l’équipe du Wisconsin efficace, que la venue d’un Jackie Bradley Jr. ne pourrait pas leur nuire et qu’ils sont bien dirigés dans l’abri, mais pas tant pour leur octroyer le titre de champion de division et de les voir répéter leurs succès de 2018.

Ne plus jamais regarder derrière

C’est un peu avant la mi-saison que les astres ont commencé à s’aligner pour la bande au gérant Craig Counsell. Au matin du 25 juin, ils étaient à égalité avec les Cubs au sommet de la division avec une fiche de 42-33. Avant cette date, nous avions droit à une belle course à quatre.

Publicité

Puis, le soir du 25 juin, Milwaukee a pris son air d’aller signant la première de neuf victoires consécutives, dont trois face à ces mêmes Cubs durant cette période. Depuis, ils trônent au premier rang en toute confiance et personne ne semble être en mesure de les rattraper. Certes, ils viennent de perdre leurs deux plus récentes rencontres. Cependant, ces défaites sont survenues aux mains des puissants Giants de San Francisco et il s’agissait de la première fois depuis les 20 et 21 juillet (face à mes Royals de Kansas City chéris) qu’ils perdaient deux parties consécutives.

Faire du dégât en séries

Dans la Nationale, la division Ouest et ses gros clubs font beaucoup de bruit et la course au premier rang de la division Est se voudra épique d’ici la fin du mois de septembre. Si bien que la Centrale et ses Brewers passe sous le radar un peu, comme le veut l’expression.

Cependant, même s’ils n’ont pas gagné en séries depuis 2018 (défaite en match du wild card en 2019 face aux éventuels champions de la Série mondiale, les Nationals de Washington et balayage 0-2 encaissé l’an passé face, encore une fois, aux éventuels champions, les Dodgers de Los Angeles), j’ai l’impression que les Brewers de Milwaukee pourront faire parler d’eux en série et qu’on voudra éviter de les affronter au premier tour. Imaginez un peu si, en plus, Christian Yelich retrouve son niveau de compétition des beaux jours et joue comme le MVP qu’il est.

Image par défaut
Maxime Trudeau
Partisan #1 des Royals de Kansas City. Joueurs favoris: Whit Merrifield, Christian Yelich. Passion pour tout ce qui touche le monde du sport et le milieu agricole. Le Plateau Mont-Royal, Montréal. Bachelier Université du Québec à Rimouski, Communication Relations humaines.
Publications: 202