Francisco Lindor et Javier Baez s’excusent pour leurs propos envers leurs partisans

Dans les derniers jours, ça a beaucoup brassé chez les Mets de New York. Or, cette fois, ce n’était pas en raison des insuccès de l’équipe (ils ont gagné leurs deux derniers matchs avant d’entamer la présente journée), mais bien en raison d’un incident sur le terrain.

En effet, on a vu Francisco Lindor, Javier Baez et Kevin Pillar servir des pouces vers le bas sur le terrain, et Baez a dévoilé que l’objectif était d’offrir un retour du balancier aux partisans qui les huaient, affirmant même que ces derniers « doivent être meilleurs ».

Ce que les gars oublient, toutefois, c’est que les partisans sont ceux qui leur permettent de vivre de leur sport. Ils peuvent le penser, mais d’entrer en « guerre ouverte » avec les partisans new-yorkais, c’est une très mauvaise idée.

Publicité

Est-ce que le marché de New York est intense? Oui, et il l’est peut-être même un brin trop pour certains joueurs, mais si tu veux qu’ils chantent tes prouesses comme aucun autre marché ne le fait, tu dois performer. Sinon, les huées viendront rapidement.

C’est la réalité du marché, et un gars comme Lindor doit l’apprendre rapidement, lui qui sera en ville pour les 10 prochaines années.

Évidemment, les dirigeants des Mets se sont dissociés des joueurs et ont affirmé qu’ils s’assureraient que ça ne se reproduise plus. Sandy Alderson avait affirmé qu’il tiendrait une rencontre avec les joueurs pour les ramener à l’ordre.

Et visiblement, les gars sont revenus à la raison. Lindor s’est excusé, affirmant qu’il ne peut pas s’opposer aux partisans de l’équipe.

Baez a lui aussi tenu à s’excuser, affirmant qu’il n’avait pas l’intention d’offusquer qui que ce soit. Bon, laissez-moi douter de la sincérité de ces propos-là, mais il s’est excusé, au moins.

Ils se sont également excusés sur leur compte Twitter respectif, affirmant qu’ils veulent laisser cette saga dans le passé.

Publicité

Dossier clos, donc. Les Mets peuvent passer à autre chose et oublier cette petite histoire.

Pas vraiment, non.

Pensez-y quelques minutes : il y a un clou énorme sur lequel les adversaires des Mets peuvent frapper pour affecter le mental de l’équipe (qui semble assez fragile). Ça n’aura même pas pris une seule rencontre avant que Lindor et compagnie se fassent rappeler la situation, gracieuseté de Jesus Aguilar.

J’avoue que de voir le joueur des Marlins dire « c’est toi qui hue les partisans, pas moi », ça m’a fait sourire.

Visiblement, les joueurs des Mets n’ont pas fini d’entendre parler de cette histoire. Alors que plusieurs d’entre eux étaient aux anges d’apprendre que Lindor et Baez tourneraient les double jeux pour le reste de la saison (et potentiellement plus longtemps), voilà que toute cette saga vire au vinaigre assez rapidement.

On verra donc ce que ça donnera dans les prochains jours, mais attendez-vous à beaucoup de pouces vers le bas durant les rencontres des Mets. De la part de leurs adversaires et de leurs partisans, évidemment.

*Mise à jour : Javier Baez a été copieusement hué par les partisans des Mets.

Il a cependant frappé un coup sûr opportun et a marqué le point de la victoire en neuvième manche.

Image par défaut
Félix Forget
Publications: 262