Willy Adames ou la personnification de la réussite des petits marchés

On le sait, plusieurs agents libres de renom seront libres comme l’air l’hiver prochain. Javier Baez, Carlos Correa, Trevor Story, Corey Seager et Marcus Semien, pour ne nommer que ceux-là, pourront offrir leurs services à tout le monde. Francisco Lindor était du lot, mais il a signé à long terme à New York.

Certains d’entre eux pourront être échangés en cours de saison. Je pense ici à Trevor Story et – potentiellement – à Javier Baez.

Mais malgré tout, quand les Brewers avaient besoin d’un arrêt-court, ce n’est pas vers ces gars-là qu’ils se sont tournés. Ils ont plutôt fait l’acquisition de Willy Adames en provenance de Tampa Bay.

Publicité

Et ça a complètement changé la dynamique de l’équipe du Wisconsin.

Depuis son arrivée à Milwaukee, il a 46 coups sûrs en 44 matchs. Il a neuf longues balles, il apporte un bon jeu défensif à l’arrêt-court, il a neuf circuits, a produit 30 points et a une moyenne de .289.

Mais surtout, depuis le 22 mai dernier, les Brewers de Milwaukee ont la meilleure fiche du baseball majeur.

Est-ce simplement en raison d’Adames? Non. Mais il a été au coeur de la réussite des siens.

C’est un travail d’équipe là-bas. Ils ont un personnel de lanceurs époustouflant et plusieurs joueurs comme lui qui ne coûtent pas les yeux de la tête, mais qui font le travail.

Ce n’est pas l’acquisition du siècle, on s’entend là-dessus. Il n’a pas défrayé les manchettes comme Lindor lors de sa transaction, mais il est présentement bien plus efficace que son collègue de New York.

Ce n’est pas la première fois que les Brewers soutirent le meilleur d’un joueur ainsi. On se souviendra que Christian Yelich n’était pas un MVP à Miami avant de débarquer au Wisconsin…

Publicité

Notons que Yelich a d’ailleurs chanté les louanges d’Adames il y a quelques semaines.

De l’autre côté du spectre, les Rays n’ont pas perdu la transaction. Ils ont échangé Adames et Trevor Richards, mais ils ont obtenu deux lanceurs et l’un d’eux, J.P. Feyereisen, fait de l’excellent boulot dans l’enclos. On parle d’un lanceur qui a vu plusieurs équipes l’abandonner en cours de route.

C’est plus difficile pour Drew Rasmussen dans l’enclos des Rays de Tampa Bay, ceci dit, mais il est encore jeune.

Les deux lanceurs sont sous le contrôle de l’équipe jusqu’en 2027. Et ça vaut de l’or pour les Rays.

Tampa a aussi fait de la place à l’arrêt-court pour les jeunes espoirs Taylor Walls et Wander Franco. La bonne gestion de leurs espoirs leur a permis de mettre la main sur deux bons releveurs avec beaucoup d’années de contrôle sans créer de trou dans la formation.

Et vous savez quoi? Cette transaction-là représente, pour les deux équipes, un modèle de ce que les Expos 2.0 peuvent accomplir.

Le lien est facile à faire en sachant que les Rays pourraient devenir les Expos, mais il est clair que ces deux équipes-là de petit marché ont compris comment maximiser la valeur de leurs actifs. Ils n’ont pas eu peur de se débarrasser de bons joueurs s’ils savent que le retour en vaut la peine. La transaction Adames en est un bon exemple pour les deux équipes.

Si les Expos peuvent faire ça et continuer de développer des lanceurs comme dans le temps, ils pourront s’en sortir sans le gros budget des Yankees de New York ou des Dodgers de Los Angeles.

Image par défaut
Charles-Alexis Brisebois
Présent depuis les débuts du site, Charles est un véritable passionné de baseball. Il souhaite que les amateurs aient le réflexe de choisir Passion MLB pour s'informer et que le baseball continue de prendre de l'importance au Québec. Vous pouvez aussi l'entendre régulièrement sur les ondes du 91.9 Sports afin de discuter de l'actualité de la MLB.
Publications: 4139