Mark Shapiro s’attend à voir les Blue Jays bouger prochainement

Lorsqu’on parle des Blue Jays, leur attaque dévastatrice nous vient immédiatement en tête. Cette attaque est très équilibrée et tous les frappeurs peuvent faire mal aux lanceurs adverses.

Par contre, comme toutes les équipes (ou presque), Toronto compte sur un maillon faible : l’enclos des releveurs. Il est évident que les blessures n’aident pas, mais il doit faire avec. Il y a quelques jours, j’ai écrit sur le fait que l’équipe pourrait aller chercher du renfort dans l’enclos.

Publicité

Le nom de Kendall Graveman, entre autres, a été mentionné.

Selon ce que rapporte Arash Madani, le président des Jays, Mark Shapiro, croit lui aussi que son équipe bougera d’ici à la date limite des transactions.

L’an dernier, le DG, Ross Atkins, est allé chercher beaucoup de renforts à la date limite des transactions. Il a fait l’acquisition de Robbie Ray et de Jonathan Villar, entre autres. Bref, il a été occupé et il pourrait l’être encore plus en 2021.

Cette année, contrairement à 2020, il n’aura pas besoin de combler des trous un peu partout. Avec la rotation et l’attaque qui font un travail remarquable, Atkins n’aura besoin que d’améliorer son enclos s’il espère que son équipe participe aux séries ET fait un bon parcours.

Publicité

L’équipe est sur une série de quatre victoires consécutives et dans ces quatre matchs, l’enclos n’a donné que cinq points. Les cinq points ont été marqués contre Anthony Kay et Trent Thornton. Et avec les Julian Merryweather et les Thomas Hatch qui sont en voie de guérison, de plus beaux jours s’en viennent dans le bullpen. On se croise les doigts.

L’équipe ne refusera pas un aide supplémentaire venant de l’extérieur, cependant.

Lors de son passage à Sportsnet, Mark Shapiro a également mentionné que la frontière demeure un défi pour les Jays. Pour ceux et celles qui avaient hâte au retour de Toronto au Canada, visiblement, il faudra attendre.

Pour l’instant, l’équipe est confortable à Buffalo. Le Sahlen Field peut accueillir 100 % de sa capacité, ce qui ne peut qu’aider l’équipe canadienne.

Image par défaut
Raphael Simard
Publications: 378