Kevin Pillar est victime de moqueries liées à son masque protecteur

Lorsque Kevin Pillar a été atteint en plein visage par un lancer, à peu près tous ceux qui ont vu la séquence ont retenu leur souffle. C’est toujours terrifiant de voir une balle terminer sa course sur le visage du frappeur, et cette fois-là n’a pas fait exception.

Pillar s’est relevé, mais il était grandement amoché. Son nez a été fracturé par la balle et il a dû subir une chirurgie faciale. Mais comme l’ancien voltigeur des Jays est un guerrier, exactement deux semaines après l’incident, il était de retour au jeu.

Publicité

Incroyable, quand même!

Or, comme il n’était pas complètement à 100 %, il a dû (et doit encore à ce jour) porter un masque protecteur pour protéger son visage si jamais la foudre balle devait frapper l’atteindre à nouveau au même endroit.

Ça ressemble à ça, en gros.

Personnellement, j’aime voir les joueurs arborer de telles choses. Non seulement ça limite les risques d’une autre blessure, mais je trouve que ça donne un aspect dur à cuire assez sympathique à celui qui le porte. On en voit relativement souvent dans la NBA, d’ailleurs.

Or, ce n’est pas tout le monde qui est de mon avis.

Publicité

En conférence de presse, Pillar a affirmé qu’il a été la cible de plusieurs moqueries en lien avec son masque. Des moqueries qui, selon le principal intéressé, ne se répètent pas dans le cadre d’un appel Zoom avec les médias. Je vous laisse vous imaginer le reste.

Cela fait écho à ce qu’on voit et entend depuis le retour des partisans dans les gradins. Au Canada (dans la LNH), on ne le voit pas car le nombre est minime, mais aux États-Unis, maintenant que les estrades sont à nouveau remplies, on voit presque quotidiennement des batailles éclater dans les stades entre des partisans et on entend des propos qui n’ont pas lieu d’être.

Je suis vraiment heureux de revoir les gradins remplis, mais des histoires comme ça, ça me répugne. Je comprends que dans le cas de Pillar, on parle de partisans de l’équipe adverse et qu’ils essaient de le déranger. Ça fait partie de la game et ce n’est pas forcément mauvais, tant que ça ne flirte pas avec l’indécence.

Sauf que dans ce cas-là, on voit un joueur qui a subi une blessure majeure revenir très tôt et prendre les moyens pour éviter de subir une autre blessure au visage. Des fois, ça prend un peu de discernement.

Qu’on aime le masque de Pillar ou non, l’homme qui est derrière celui-ci est un humain comme nous tous. Laissons-le en paix et admirons son courage de revenir aussi rapidement après avoir reçu une balle à 95 milles à l’heure en plein visage.

10e Manche
  • Les États-Unis iront aux Olympiques.
  • Francisco Lindor est en feu.
  • Il est en feu.
  • Le releveur s’approche d’un retour.
  • Il va mieux.
Image par défaut
Félix Forget
Publications: 262