Aroldis Chapman en pousse une à 103,4 MPH

Les semaines se suivent, mais ne se ressemblent pas pour Aroldis Chapman. S’il a généré plusieurs craintes avec deux sorties désastreuses la semaine dernière, il s’est bien repris dans ses trois derniers matchs. Il n’est pas encore revenu à son niveau de quasi-perfection du début de saison, mais il y a des signes encourageants.

La vélocité est de retour

Lorsque Chapman a donné deux longs circuits à Josh Donaldson et Nelson Cruz le 10 juin dernier, il y avait des points d’interrogation sur sa vélocité. Dans cette rencontre, il n’avait pu atteindre mieux que 97,8 MPH avec sa balle rapide.

Publicité

Même si c’est très respectable pour la plupart des lanceurs, ce n’est pas dans les standards de Chappy. Sa rapide dans les trois chiffres a toujours été son arme principale qui lui donnait un avantage sur tous les autres closers.

Dans les trois sauvetages qu’il a obtenus cette semaine, il a encore paru fragile. Il a accordé quelques coups sûrs, mais il a trouvé moyen de préserver les victoires. Et surtout, il a effacé les doutes concernant sa vélocité.

Publicité

Hier après-midi face aux A’s, dans un duel Chapman contre Chapman, il a passé Matt Chapman dans la mitaine avec un tir à 103,4 MPH. C’est le lancer le plus rapide enregistré dans les Majeures depuis 2019.

Un autre signe encourageant pour le grand gaucher des Yankees : c’est la longue pause avec le regard du guerrier qu’il a faite après cette offrande. Il fait cela lorsqu’il est en pleine possession de ses moyens. C’est un bon indicateur qu’il reprend confiance.

Si l’offensive des Yankees a connu des ratés en début de saison, on ne peut en dire autant de l’enclos des releveurs qui a été solide. Lorsqu’un problème est en train de se régler, on ne veut pas en voir un autre se créer. Cette performance d’Aroldis Chapman apporte un soupir de soulagement dans le Bronx.

Image par défaut
Jean-François Rivard
Publications: 114