Le plus beau jour de l’année

Enfin nous y sommes! On a beau être le 1er avril, ce n’est pas un joke. On ne plaisante pas avec le baseball. Dans quelques heures, une saison de balle va bel et bien commencer. Il était grand temps. Après quelques mois d’hiver plutôt supportables pour ce qui est des températures, mais où ont surtout résonné dans nos têtes les mots « COVID » et « confinement », un soupçon de vie normale refait surface, et c’est la MLB qui nous l’offre.

Aujourd’hui c’est Opening Day!

Publicité

Fini l’hibernation

Le premier jour d’une saison de baseball est toujours une journée particulière. Chacun le vit un peu à sa façon. La plupart des passionnés de baseball que nous sommes sont arrivés au bout de leur compte à rebours débuté il y a à peu près un mois après les premiers matchs du camp printanier. Après avoir patienté tout l’hiver, voir que le baseball reprenait en Floride et en Arizona donnait un peu de baume au cœur aux gens, mais pour les vrais, ce n’était pas encore suffisant.

On s’est occupé comme on peut. Un peu de hockey par-ci, un peu de basket par là. Aussi, on commence à penser à son (ou ses) pool(s) de baseball. On recrute, on pense aux stratégies, aux paramètres, à la date du repêchage, on lit ou on écoute Passion MLB pour savoir ce qu’il en est des équipes, des joueurs, des transactions, on veut être prêt pour le jour J.

Et le jour J, c’est aujourd’hui. Fini de boire du mousseux, on peut sortir le champagne.

Ô Opening Day!

Les équipes ont ajusté leurs effectifs pour nous offrir une fois de plus la crème de la crème. Les meilleurs joueurs de la planète reprennent du service pour nous offrir une saison de 162 matchs qui s’annonce passionnante. 162 matchs, la dernière saison de 162 matchs semble si loin.

Même si les stades ne seront pas pleins et même si les Blue Jays ne joueront pas (pour l’instant) à Toronto, on ne fera pas les fines bouches. Demain, les pelouses des diamants verts seront foulés par les Mike Trout, les Fernando Tatis Jr., les Ronald Acuña Jr. ou autre Mookie Betts. Il y aura des couleurs, des drapeaux, des hymnes, des hommages, et beaucoup d’émotion.

Un Opening Day ne me laissera jamais indifférent. J’aime le baseball. J’aime le baseball depuis tellement longtemps que j’ai l’impression d’avoir commencé à l’aimer avant même d’être né. Et ça fait 45 ans que ça dure, alors quand il n’y en a pas, je ne suis plus le même homme. L’Opening Day balaye à lui seul ces mois d’attentes où la vie n’est plus la même. On a beau se gaver d’infos baseball en tout genre, rien ne vaut la réalité du terrain.

Publicité

Journée marathon

Aujourd’hui, j’ai le sourire. Ma journée vient à peine de débuter et elle est déjà parfaite. Je ne devrais pas être le seul aujourd’hui à me sentir comme ça.

Tranquillement, après une dernière revue d’effectifs pour mes pools et après avoir placé un ou deux paris judicieux qui j’espère deviendront juteux, j’allumerais mon poste de télévision vers 13 heures pour y regarder avec intérêt la première rencontre de l’année. Blue Jays contre Yankees. Du lourd. Les Jays commencent avec un adversaire de taille. Pour gagner, il faudra faire plier Gerrit Cole et résister aux coups de massue d’Aaron Judge, Giancarlo Stanton et aux frappes chirurgicales de D.J. LeMahieu. Les Jays ont les armes pour résister et même répliquer.

Du coin de l’œil, je regarderais ce que feront Shane Bieber (not Justin) et les Indians face aux Tigers du roi Miggy. J’enverrais mes premiers textos, espérant être en mesure de taquiner mon ami, fan des Yankees.

Il faudra que je sois bien synchro pour ne pas rater la première des Braves, voir si les Rangers font mal aux Royals et si les Padres de Slam-Diego sont déjà cool à regarder jouer. Plus tard, j’en remettrais une couche avec les Rays, et si j’ai encore un peu de force, je me lancerais dans un trio « côte ouest ».

Un marathon de matchs m’attend aujourd’hui. Ça tombe bien, je suis off. Pas de travail aujourd’hui, un 24 heures de répit hospitalier, mais une journée qui sera tout aussi intense et dans laquelle je serais tout aussi impliquée que lorsque j’ai une vie entre les mains.

Nous sommes chanceux. Soyons heureux de pouvoir vivre une nouvelle journée comme celle-ci. Une journée où rien ne peut nous arriver. Tout va bien. Le baseball est de retour.

Bonne saison à toutes et tous.

Image par défaut
Sébastien Tabary
Publications: 513