Portrait 2021 : Phillies de Philadelphie

Le 1er avril prochain, la MLB lancera les activités de sa saison 2021. Rob Manfred a pris le pari de voir ses équipes disputer 162 matchs en temps de pandémie.

Voici donc à quoi s’attendre de la part des différentes équipes du baseball majeur.

Au menu aujourd’hui : les Phillies de Philadelphie.

Publicité

En 2020, les Phillies ont connu une saison difficile. Ils ont été affectés par le virus et ont repris des matchs en accéléré. C’en était trop pour leur relève, qui a été la pire du baseball majeur.

Cela leur a coûté, malgré leur belle équipe, une place en séries.

Ajouts et départs

S’il y a bien un mot qui peut résumer l’effectif des Phillies en 2021 : stabilité.

À vrai dire, parmi les départs, le seul nom majeur qui puisse être évoqué est celui de Jake Arrieta. Le partant a décidé de ne pas poursuivre à Philadelphie et s’est engagé avec les Cubs.

Des joueurs moins importants (Jay Bruce, Brandon Workman ou David Robertson) ont aussi quitté Philadelphie.

De la même manière, les ajouts sont peu nombreux. Pour remplacer Arrieta, Philly a recruté deux partants : les vétérans Matt Moore et Chase Anderson, qui postuleront pour le poste de quatrième lanceur.

De même, quelques lanceurs de relève sont arrivés : Archie Bradley en provenance de Cincinnati et José Alvarado, qui a fait du bon boulot en 2018 à Tampa et qui va chercher à se relancer.

Publicité

Hormis le retour dans l’effectif d’Odubel Herrera, le groupe des joueurs de position n’a pas subi de changement notable. Les deux grosses signatures de l’hiver (Didi Gregorius et J.T. Realmuto) sont des joueurs qui ont profité de leur autonomie, mais qui sont revenus à Philadelphie.

On peut aussi noter l’ajout du président des opérations baseball, Dave Dombrowski.

Forces et faiblesses

Le groupe des Phillies possède des qualités indéniables et ce serait une erreur de les sous-estimer. Les possibilités offensives sont impressionnantes avec notamment Bryce Harper évidemment, mais aussi le meilleur receveur des Majeures, J.T. Realmuto, ou encore Didi Gregorius, Jean Segura et Rhys Hoskins. L’attaque a été au rendez-vous en 2020 et il n’y a pas de raison pour que cela change.

Les qualités défensives ne sont pas en reste non plus, avec Realmuto derrière le marbre et deux, voire trois partants de très haute facture sur le monticule : Aaron Nola, lanceur numéro un de la franchise, Zack Wheeler et Zach Eflin, s’il poursuit sa progression.

Le problème est venu de la relève l’an dernier, la pire des Majeures. Sans gros renfort, il est difficile d’espérer une métamorphose spectaculaire. Les deux arrivées citées plus haut sont davantage des paris que des premiers choix, et il en aurait fallu un pour rassurer la défense.

À quoi s’attendre en 2021?

Dans n’importe quelle autre division que l’Est de la Nationale, les Phillies auraient sans doute eu la tâche bien plus aisée pour se hisser en séries. Mais la marge d’erreur n’est pas énorme en l’état actuel des choses.

Certains détails feront une grande différence. On peut citer par exemple le niveau du talentueux espoir Alec Bohm au troisième coussin ou le retour à son meilleur niveau d’Andrew McCutchen.

Qu’en sera-t-il de la situation dans le champ? Herrera fera-t-il le boulot? N’y a-t-il pas trop peu de marge dans la rotation? Un seul être vous manque et tout est dépeuplé… Vraiment, sur le papier, cette équipe peut aller loin, mais il faudra que les planètes soient bien alignées pour que les Phillies soient bien placés en octobre.

Image par défaut
Damien Bourlet
Un français qui joue au baseball, qui regarde du baseball, et qui le commente en toute humilité, avec les yeux d'un enfant admiratif de ce sport fantastique.
Publications: 385