Portrait 2021 : Cubs de Chicago

Le 1er avril prochain, la MLB lancera les activités de sa saison 2021. Rob Manfred a pris le pari de voir ses équipes disputer 162 matchs en temps de pandémie.

Voici donc à quoi s’attendre de la part des différentes équipes du baseball majeur.

Au menu aujourd’hui : les Cubs de Chicago.

Publicité

2020 aura été une année remplie de rebondissements pour les Cubs de Chicago. Malgré des déboires majeurs pour l’entièreté de leurs joueurs offensifs et des rumeurs de transaction persistantes entourant certaines étoiles de l’équipe, ils ont profité d’une division très faible pour se hisser au sommet de la Centrale de la Nationale.

La rédemption de Yu Darvish, qui s’est mérité une grande considération pour le trophée Cy Young, y a été pour quelque chose. Ce dernier, en compagnie de Kyle Hendricks, a permis aux hommes de David Ross de remporter leur part de matchs malgré une attaque léthargique.

Les deux lanceurs n’ont toutefois pas permis aux Cubs de se rendre bien loin en séries éliminatoires, alors qu’ils ont été balayés par les Marlins en deux rencontres. À leur défense, Chicago n’a inscrit que neuf coups sûrs et qu’un seul petit point durant les deux matchs.

Ajouts et départs

Les Cubs ont effectué quelques ajouts intéressants en marge de la saison 2021. Du lot, le plus intéressant est sans contredit celui de Joc Pederson. L’ancien des Dodgers apportera toute sa puissance à Chicago et, si on se fie à ses performances durant le camp d’entraînement, devrait terroriser les lanceurs adverses en 2021.

En plus de Pederson, les Cubs ont également rapatrié Jake Arrieta, qui essaiera de relancer sa carrière à un endroit où il a connu sa part de succès. Trevor Williams, anciennement des Pirates, viendra lui aussi donner un coup de pouce dans la rotation, tout comme Zach Davies, acquis via transaction.

Austin Romine et Jake Marisnick pourraient être des atouts intéressants sur le banc de l’équipe, tandis que l’acquisition de Brandon Workman donnera un autre bon bras dans l’enclos des releveurs.

Malgré tout, les Cubs ont subi de lourdes pertes durant la plus récente saison morte. Le principal domino qui est tombé dans ce petit « démantèlement » est évidemment Yu Darvish, qui a été échangé aux Padres.

En plus, les Cubs ont vu Kyle Schwarber et Jon Lester, deux visages appréciés des partisans, quitter pour rejoindre Juan Soto et les Nationals du côté de Washington.

Jose Quintana est lui aussi parti sous d’autres cieux, alors que le partant a paraphé une entente avec les Angels de Los Angeles.

Publicité

La profondeur de l’équipe a également été touchée par ces pertes, alors que Jason Kipnis (Braves), Tyler Chatwood (Blue Jays), Albert Almora Jr. (Mets) et Jeremy Jeffress ne seront pas de retour à Chicago en 2021.

Forces et faiblesses

Sur papier, l’alignement de frappeurs des Cubs est impressionnant. L’équipe peut toujours compter sur des vedettes comme Anthony Rizzo, Kris Bryant et Javier Baez, mais ces derniers ont tous connu une année 2020 à oublier. Ils sont capables de rebondir et de faire de cette équipe une machine à produire des points, mais si leurs déboires se poursuivent, l’offensive pourrait rapidement tomber en panne sèche.

Il ne faut toutefois pas oublier les éléments secondaires de l’équipe, qui ont eux aussi le potentiel d’offrir du support offensif. Ian Happ a été le meilleur frappeur des Cubs en 2020, tandis que Jason Heyward et Willson Contreras peuvent assurément faire leur part. Joc Pederson amènera également sa part de circuits.

Au niveau des lanceurs, toutefois, les attentes devront être tempérées. Kyle Hendricks est peut-être l’un des lanceurs les plus sous-estimés du baseball majeur, reste que derrière lui, la production combinée de Jake Arrieta et de Trevor Williams ne remplacera fort probablement pas celle de Yu Darvish l’an dernier.

À moins qu’Arrieta ne retrouve ses repères et que Williams devienne l’énième lanceur des Pirates à éclore loin de Pittsburgh, évidemment…

L’enclos des Cubs n’est pas mauvais, alors qu’il a connu une belle saison 2020 (suite à un départ très difficile, faut-il le souligner). Craig Kimbrel devrait occuper le rôle de closer, tandis que Brandon Workman et Andrew Chafin devraient être les autres releveurs principaux de l’équipe. Les deux derniers n’ont peut-être pas les noms les plus connus, mais ils sont capables de faire le travail.

À quoi s’attendre en 2021?

Difficile de bien cerner à quoi s’attendre des Cubs en 2021. L’équipe présente plusieurs éléments intéressants et a le potentiel de s’inviter dans la course aux séries, mais les nombreux départs pourraient leur faire très mal. Ils n’ont pas autant de talent que les Cardinals, ce qui fait en sorte que leur qualification en éliminatoires passera probablement par les équipes repêchées.

Mais dans la Nationale, qui est très relevée et qui regorge d’équipes de très gros calibre, ce sera très difficile. Je ne pense pas que les Cubs seront toujours en lice lorsque le mois d’octobre arrivera. Les canons offensifs pourraient se relever et leur donner une chance, mais la rotation contient trop de points d’interrogation pour qu’ils puissent être de sérieux prétendants.

La vraie question pour les Cubs est de savoir ce qui arrivera avec le noyau de l’équipe en marge de la saison 2022. Est-ce finalement l’année où Kris Bryant quittera Chicago? Est-ce que Javier Baez et Anthony Rizzo feront eux aussi leurs valises? Jed Hoyer aura plusieurs dossiers à régler.

Les réponses à ces questions viendront probablement en fonction des performances de l’équipe. S’ils se retrouvent loin derrière les Cardinals et qu’ils prennent du retard pour figurer parmi les équipes repêchées, on pourrait voir une vente de feu à la date limite des transactions.

Et, du même coup, une possible fin de l’ère qui a vu les Cubs goûter aux grands honneurs pour la première fois en 108 ans.

Image par défaut
Félix Forget
Publications: 178