Portrait 2021 : Blue Jays de Toronto

Le 1er avril prochain, la MLB lancera les activités de sa saison 2021. Rob Manfred a pris le pari de voir ses équipes disputer 162 matchs en temps de pandémie.

Voici donc à quoi s’attendre de la part des différentes équipes du baseball majeur.

Au menu aujourd’hui : les Blue Jays de Toronto.

Publicité

En 2020, les Jays ont surpris le monde du baseball en se taillant une place en séries. Les grosses performances des jeunes, le beau travail de la relève et l’ajout d’Hyun-Jin Ryu pour guider la rotation auront fait la différence.

Ils l’ont fait en jouant sur la route toute la saison puisque la pandémie a empêché les hommes de Charlie Montoyo de jouer à Toronto. Ils ont donc élu domicile à Buffalo dans un stade des mineures.

En séries, la formation a toutefois frappé son mur face aux Rays de Tampa Bay, qui ont balayé l’équipe de la Ville-Reine en deux matchs.

Ajouts et départs

Le plus gros ajout des Jays a sans aucun doute été George Springer. Le voltigeur de centre a signé le contrat le plus lucratif de l’hiver, apposant sa signature sur une entente évaluée à 150 millions de dollars sur six ans.

Marcus Semien viendra apporter une bonne présence de vétéran autour de l’équipe. Il jouera au deuxième but et aidera Bo Bichette à se développer à titre de joueur d’arrêt-court.

Steven Matz, Kirby Yates, Tyler Chatwood, Francisco Liriano et David Phelps sont les autres gros noms qui ont été ajoutés au cours de l’hiver.

Joe Panik, Robbie Ray et A.J. Cole sont quant à eux revenus après avoir profité de leur autonomie.

On peut aussi noter, parmi les ajouts notables, leurs nouvelles installations printanières. Le complexe d’entraînement est à couper le souffle.

Pour ce qui est des départs, par la force des choses, ils ont encore une fois perdu le droit de commencer la saison à domicile. C’est à Dunedin que les Jays débuteront à saison avant de remonter au nord (idéalement à Toronto, sinon à Buffalo) au cours de l’été.

Publicité

Au niveau des joueurs, Ken Giles est un nom qui nous vient en tête. Le closer n’avait pas beaucoup joué en 2020 en raison d’une blessure, qui a finalement mené à une opération de type Tommy John. Le voilà maintenant à Seattle.

Anthony Bass, Caleb Joseph, Matt Shoemaker, Jonathan Villar, Taijuan Walker, Chase Anderson, Wilmer Font, Shun Yamaguchi et Travis Shaw joueront tous sous d’autres cieux en 2021.

Forces et faiblesses

La plus grande force des Jays sera l’attaque. Avec George Springer, Teoscar Hernandez, Lourdes Gurriel Jr. et Randal Grichuk dans le champ, il ne manquera pas de puissance. Même chose dans l’avant-champ, où les Rowdy Tellez, Marcus Semien, Bo Bichette, Vladimir Guerrero Jr. et Cavan Biggio peuvent frapper la balle avec puissance.

Derrière le marbre, Danny Jansen n’aura pas le pression de bien frapper offensivement. Il pourra se concentrer à guider ses lanceurs adéquatement, comme en 2020.

Chez les releveurs, le trio des trois dernières manches (Kirby Yates, Rafael Dolis et le Canadien Jordan Romano) assurera une certaine stabilité.

Trois faiblesses sont notées chez les Blue Jays. La première, qui est sans aucun doute la plus évidente, est la profondeur de leur personnel de lanceurs partants. Charlie Montoyo pourra compter sur un Hyun-Jin Ryu au sommet de son art et possiblement sur un Nate Pearson en pleine éclosion. Sinon, ce sera une collection de lanceurs #4 ou #5 qui se battront pour des postes.

Sinon, le manque de frappeurs gauchers fera peut-être mal. Les deux seuls réguliers à ce niveau sont Cavan Biggio et Rowdy Tellez – et ce dernier ne jouera pas tous les jours. Le jeu défensif dans l’avant-champ sera aussi à travailler puisque Vladimir Guerrero Jr. et Bo Bichette ne sont pas parfaits.

À quoi s’attendre en 2021?

Chez les partisans, les attentes ont été gonflées à l’hélium. Avec la belle saison 2020, l’expérience en séries et les ajouts, il est logique de croire que Toronto pourra se battre pour une place en séries.

Les matchs contre les Yankees et les Rays seront cruciaux pour les Jays. Se donner un edge contre les autres équipes passe par des grosses victoires contre les rivaux de division, mais ce ne sera pas facile. Et ce, même si les meilleurs personnels de lanceurs ne sont pas forcément à Tampa ou à New York.

On doit s’attendre à des hauts et des bas, donc.

Image par défaut
Charles-Alexis Brisebois
Présent depuis les débuts du site, Charles est un véritable passionné de baseball. Il souhaite que les amateurs aient le réflexe de choisir Passion MLB pour s'informer et que le baseball continue de prendre de l'importance au Québec. Vous pouvez aussi l'entendre régulièrement sur les ondes du 91.9 Sports afin de discuter de l'actualité de la MLB.
Publications: 3553