La MLB utilisera sa technologie Statcast pour débusquer les lanceurs qui trichent

L’arrivée de la technologie Statcast dans la MLB a vraiment permis aux partisans d’être introduits à un tout nouveau monde de statistiques avancées. En plus de la vitesse maximale d’un joueur qui sprinte sur le terrain, on a pu découvrir l’impact de données comme la vitesse de la balle après qu’elle ait été touchée par le frappeur (ce qui correspond au exit velocity) et le nombre de rotations par minute d’un lancer (communément appelé spin rate), entre autres.

Cette dernière donnée a permis d’ajouter un nouvel élément à l’évaluation d’un lanceur. En effet, on ne prend plus seulement en considération la vitesse d’un lancer ainsi que la casse sur les balles à effet. On y ajoute le nombre de rotations, ce qui peut faire une énorme différence.

En effet, plus une balle tourne sur elle-même, plus elle est difficile à frapper. Et dans le cas des balles rapides, elle peut carrément donner l’impression au frappeur que la balle défie la gravité et devient de plus en plus haute au fur et à mesure qu’elle approche le marbre.

Publicité

Évidemment, les lanceurs des Majeures aspirent tous à augmenter leur nombre de rotations par minute. Après tout, on parle d’un aspect qui fait toute la différence dans l’exécution d’un lancer.

Et, vous l’aurez deviné, une façon d’y parvenir, c’est d’utiliser des substances illicites.

La MLB a toutefois annoncé qu’elle allait tenter de contrecarrer ces plans en resserrant l’étau sur les lanceurs. En fait, le plan qu’elle a dévoilé aux équipes explique qu’elle utilisera sa technologie Statcast pour débusquer les tricheurs.

Ainsi, on comparera le spin rate moyen d’un lanceur pour un type de lancer donné avec celui qu’il affiche en moyenne depuis le début de sa carrière. Si les données révèlent quelque chose de suspicieux, on mènera l’enquête sur le dossier.

Il est important de noter aussi que la ligue surveillera plus étroitement les vestiaires et les abris. Ainsi, elle espère pouvoir intervenir si jamais un lanceur sur le point d’utiliser une substance interdite se fait prendre la main dans le sac.

Le dernier point de ce plan réside du côté des balles frappées en dehors du jeu. La ligue compte mener des enquêtes sur ces balles dans des laboratoires pour vérifier que la balle n’a pas été altérée par une quelconque substance.

Publicité

Mais revenons-en aux rotations par minute.

Le premier nom qui m’est venu en tête en lisant ceci, c’est celui de Trevor Bauer. Le plus récent vainqueur du Cy Young, qui n’a pas peur de livrer le fond de sa pensée, parle ouvertement de cette fameuse statistique avancée, et ce, depuis fort longtemps.

Il a longtemps affirmé que la seule façon de procéder à une grande augmentation en peu de temps, c’est en passant par des substances illégales. Étrangement, sa saison 2020 l’a vu augmenter son nombre de rotations par minute de façon considérable face à ses campagnes précédentes, mais bon.

Quoique je ne le blâme pas. En fait, il est fort probable qu’une très grande majorité des lanceurs aient recours à de tels moyens.

Reste que son agente, Rachel Luba, y a été d’un point très intéressant sur Twitter : si on compare les chiffres de la saison à venir avec ceux des années passées pour déceler les irrégularités, comment diable la MLB pourra-t-elle identifier ceux qui trichent depuis des années?

J’espère qu’ils ont pensé à cet aspect avant de proposer un tel changement, quand même. En fait, la seule chose qui devrait changer, c’est que ceux qui ne le faisaient pas avant n’y auront plus accès dans le futur. Ceux qui en utilisent déjà, à moins que je comprenne mal le processus, devraient facilement passer sous le radar.

Bref, on sent que l’effort est là pour rendre le jeu plus juste. Est-ce que ces idées aboutiront à de réels résultats? Bien hâte de voir ça.

10e manche Passion MLB
  • À lire.
  • Les Reds devront soit garder Aquino dans les Majeures, soit le soumettre au ballottage.
  • Avis aux intéressés.
Image par défaut
Félix Forget
Publications: 178