Charlie Montoyo demeure avec les Blue Jays pour 2022

Pour Charlie Montoyo, 2021 représentait l’année où il devrait faire ses preuves et montrer à l’organisation des Blue Jays qu’il méritait toujours d’être leur gérant. C’était la dernière année de son contrat de base, celle qui serait déterminante pour son futur avec l’équipe.

Enfin, jusqu’à aujourd’hui.

Publicité

En conférence Zoom avec les médias assignés à la couverture du club, le directeur-général des Jays, Ross Atkins a indiqué qu’il avait choisi de garder Montoyo pour la saison 2022. Son contrat original, paraphé en 2019, durait trois ans et comprenait une clause optionnelle pour une année supplémentaire. Cette année en question, c’est 2022.

Il s’agit là d’une belle marque de confiance envers l’homme qui a mené Toronto à ses premières séries depuis 2016. Si le résultat en tant que tel n’est pas vraiment étonnant – on s’attendait à le voir rester -, c’est plutôt le moment où on l’annonce qui peut surprendre.

Il est rare qu’on prolonge le séjour d’un gérant avant même que le calendrier régulier de sa « saison danger » ne soit amorcé. Habituellement, lorsque les gérants sont « contractuellement sous pression », on les laisse se débrouiller quelques dizaines de matchs avant d’annoncer officiellement qu’on les garde avec le club pour l’année qui suit.

Naturellement, aucun d’entre eux n’aime travailler dans cette atmosphère. Mais ça permet en même temps aux équipes de juger si leur pilote sait bien faire alors qu’il doit composer avec un certain stress de performance. Il y a deux côtés à la médaille.

Publicité

Reste que Montoyo a déjà fait part de son intention de rester avec les Jays sur le long terme et qu’il a un impact positif sur la formation depuis son arrivée. Prenant ça en considération, la décision de Ross Atkins n’est pas si absurde. Il ne faut simplement pas que Montoyo se plante cette année.

L’autre avantage, c’est qu’étant natif de Porto Rico, il parle couramment l’espagnol. Ça peut paraître anodin, mais Toronto a plusieurs joueurs hispanophones au sein de ses rangs. La langue devient donc un atout qui permet de se rapprocher d’eux assez facilement, de créer un lien qui va plus loin que le baseball. Et c’est toujours gagnant.

Ailleurs chez les Jays, au monticule, mauvaise nouvelle. L’espoir Nate Pearson a subi une rechute de sa blessure à l’aine durant une session dans l’enclos.

Keegan Matheson (MLB.com) indique qu’aucune date n’a encore été fixée quant au rétablissement du jeune droitier, mais qu’un départ dans la rotation serait fort improbable pour le début de la saison 2021.

Image par défaut
William Thériault
Combinant jeunesse, fougue et ambition, il a fait son entrée dans le paysage médiatique en 2016. Étudiant en journalisme au Cégep de Jonquière, il fait partie de Passion MLB, mais aussi d'AlleyOop360 et de la radio CKAJ 92.5 FM.
Publications: 389