Ryan Borucki prend son rôle de releveur au sérieux

Jadis membre de la rotation des partants des Jays, Ryan Borucki a vu son rôle changer au cours de la dernière saison et il sait maintenant à quoi s’attendre pour l’avenir.

Borucki prend tous les moyens pour être un releveur de qualité et s’entraîne en conséquence. Il a modifié sa routine d’entraînement lors de l’entre-saison, ce qui aide aussi à sa préparation mentale.

Publicité

L’athlète de 26 ans, un choix de l’équipe en 2012, a passé la totalité de la courte saison 2020 dans l’enclos des releveurs. La transition n’a pas été facile, car il avait l’habitude de se préparer à lancer à tous les cinq jours.

Maintenant que son rôle est clair et limpide, le gaucher s’est préparé d’une façon différente à l’approche de la saison 2021.

En tant que releveur, vous êtes plus un sprinter qu’un coureur de fond, dit-il. C’était une saison de préparation complètement différente pour moi.

Après le bref passage des Blue Jays en séries 2020, Borucki s’est remis à lancer sans trop attendre, ce qu’il ne se permettait pas de faire à titre de partant.

Publicité

Le principal changement que Borucki a été forcé d’apporter n’est pas physique, mais bien psychologique.

À titre de releveur, un tir peut faire toute la différence dans l’issue d’un match, alors qu’un partant dispose de temps pour se ressaisir.

Cela vous met définitivement à l’épreuve en tant que compétiteur, mais j’apprécie vraiment ces moments, juste contribuer quand le jeu compte vraiment. C’était un rôle dans lequel je me sentais vraiment à l’aise dès le début, a ajouté Borucki.

Pete Walker, l’instructeur des lanceurs chez les Jays, est convaincu qu’il a fait le bon choix en demandant à Borucki d’apporter un changement majeur dans sa carrière et il était parfaitement conscient que celui-ci avait les capacités physiques et mentales pour avoir du succès dans son nouveau rôle.

Cette saison, Borucki aura eu le temps de se préparer en conséquence.

Image par défaut
Pascal Harvey
Passionné par le sport en général et formé en journalisme, j'affectionne particulièrement le baseball. L'éloge de la lenteur est au cœur de ma relation avec le passe-temps préféré de nos voisins du sud.
Publications: 292