Les Red Sox ont grandement besoin du J.D. Martinez version 2018

À son arrivée à Boston en 2018, J.D. Martinez a connu une saison inoubliable, permettant au passage à son équipe de remporter la Série mondiale.

En 2020, Martinez n’a pas été l’ombre de lui-même en connaissant une saison ordinaire en comparaison de ses standards passés.

Publicité

La direction des Red Sox a suivi de près sa préparation hivernale en prévision de la prochaine saison et ils se disent encouragés par les efforts et la motivation de leur vétéran.

Rappelons que les performances de Martinez en 2018 avaient été déterminantes dans les succès des Red Sox. Il avait alors frappé pour une moyenne de .330, réussissant 43 longues balles en plus de produire 130 points. De plus, Martinez avait cumulé un impressionnant total de 358 buts (l’addition de la totalité de ses coups sûrs).

En 2019, les succès ont encore été au rendez-vous pour l’athlète de 33 ans, originaire de Miami en Floride. Martinez a participé à un deuxième Match des étoiles consécutif grâce à une moyenne de .304 (36 coups de circuit et 105 points produits).

Alex Cora a besoin d’un J.D. Martinez dominant et lui aussi a confiance à un retour en force de son frappeur de choix.

Publicité

Selon l’instructeur des frappeurs des Red Sox, Tim Hyers, la présence de Martinez au cœur de l’alignement est rassurante pour des jeunes tels que Xander Bogaerts, Rafael Devers et Alex Verdugo, forçant les lanceurs adverses à prendre de meilleures décisions.

En voyant le travail de Martinez, Hyers a eu ces mots:

« Il a l’air vraiment grand et physique », a déclaré l’instructeur des frappeurs.

C’est de bon augure pour une équipe qui, avouons-le, se cherche depuis quelques années déjà.

En présence des Yankees, des Rays et des Blue Jays, les Red Sox doivent compter sur l’ensemble de leur arsenal afin de demeurer compétitifs et un J.D. Martinez en bonne condition représente la pierre d’assise d’une saison 2021 au-delà des attentes.

Image par défaut
Pascal Harvey
Passionné par le sport en général et formé en journalisme, j'affectionne particulièrement le baseball. L'éloge de la lenteur est au cœur de ma relation avec le passe-temps préféré de nos voisins du sud.
Publications: 268