Le contrat de Fernando Tatis Jr. doit inspirer d’autres organisations

Hier soir, les Padres ont officialisé ce qui circulait depuis des mois : une prolongation de contrat pour leur vedette et le visage de leur franchise, Fernando Tatis Jr. Le jeune joueur d’arrêt-court a signé une prolongation de contrat de 14 ans évaluée à 340 millions de dollars.

Les Padres ont toujours adoré Tatis Jr. et ils l’ont traité en conséquence. En 2019, ils n’ont pas manipulé son temps de service. Pourquoi? Parce qu’ils savaient que le gars en valait la peine. Ils savaient déjà qu’il était un candidat à être prolongé rapidement.

Les Padres ont fait leurs devoirs. Ils ont calculé qu’avec son charisme, son talent et son âge, il avait le pouvoir de donner de la valeur à la franchise à la hauteur d’un contrat du genre.

Publicité

Est-ce qu’il est prématuré de donner un contrat du genre à un jeune de 22 ans? Peut-être. Personne n’a la vérité puisque le gars n’a pas beaucoup d’expérience sous la cravate. Il devra être bien entouré pour ne pas perdre la tête.

Mais j’ai un point à soulever. Demandez aux Angels s’ils aimeraient mieux donner 340 M$ à un Fernando Tatis Jr. de 22 ans ou 240 M$ sur 10 ans à un Albert Pujols de 31 ans?

Les Padres deviennent donc la première formation nord-américaine de l’histoire à offrir deux contrats d’au moins 300 millions de dollars si on tient compte de celui de Manny Machado. Ils ont aussi l’énorme contrat de Eric Hosmer à absorber.

Voici d’ailleurs les détails de l’entente du jeune. Tatis Jr. n’a pas d’option de sortie et a une clause de non-échange. Comme prévu, il gagnera plus lors des dernières années.

La question que j’ai envie de me poser est la suivante : est-ce que cela peut inspirer d’autres équipes?

La réponse facile est de se dire que ce n’est pas tout le monde qui peut se le payer. Que les petits marchés sont désavantagés.

Mais il ne faut pas oublier que San Diego est un petit marché – ou n’est du moins pas un gros marché. Leur contrat de télévision (un aspect d’autant plus important depuis que le mot coronavirus est dans nos vies) est l’un des pires des Majeures et San Diego n’est pas le plus gros marché de la ligue.

Les Padres partent de loin et, il y a encore quelques années à peine, tout jouait contre eux. Ils dépensaient peu et étaient misérables.

Publicité

Mais ils ont choisi d’investir.

Prenons un exemple contraire (et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres) : celui des Indians. Depuis des années, on savait que Francisco Lindor est sur son départ. Pourquoi? Parce que le proprio a déjà dit que « le jour où il donnerait 300 millions de dollars à un joueur, un gars ailleurs aura eu un milliard de dollars ».

Comment Lindor pouvait-il rester dans de telles conditions? Le voilà donc à New York.

Ce n’est pas le cas à San Diego. Ils ont choisi d’investir en leur jeunesse. L’autre preuve? Malgré les nombreuses transactions des derniers mois, la crème de la crème chez les espoirs est encore là.

Malgré les gros contrats, San Diego ne dépassera pas la taxe de luxe. Leur masse salariale projetée est à 180 millions de dollars, ce qui n’est pas immense comparé aux Dodgers (260 M$).

Reste à savoir si les Padres pourront maintenir le rythme. Mais ça, ils ont la réponse. Et si ça avait été non, j’ose croire que le contrat n’aurait pas été offert.

Je ne dis pas que tous les clubs doivent faire ça. Que le Jays doivent signer Bo Bichette demain matin. Que les Pirates doivent négocier avec Ke’Bryan Hayes dès maintenant.

Mais ça porte à la réflexion. Après tout, si les Padres et leurs conditions salariales peuvent se payer des contrats du genre, je me dis que bien des clubs peuvent.

Est-ce un vilain signe pour les Expos 2.0? Je ne crois pas.

Image par défaut
Charles-Alexis Brisebois
Présent depuis les débuts du site, Charles est un véritable passionné de baseball. Il souhaite que les amateurs aient le réflexe de choisir Passion MLB pour s'informer et que le baseball continue de prendre de l'importance au Québec. Vous pouvez aussi l'entendre régulièrement sur les ondes du 91.9 Sports afin de discuter de l'actualité de la MLB.
Publications: 3407