Le club des 300K : Pedro Martinez, Sandy Koufax et Curt Schilling

Débutons cet avant-dernier texte du club des 300K avec un ancien des Expos, qui a connu une magnifique carrière.

À lire aussi : quatrième texte de la série.

Publicité

On parle du Dominicain Pedro Martinez. Quelle magnifique et formidable carrière qu’a connue notre Pedro. N’oubliez pas que le grand Tommy Lasorda avait dit que Pedro était trop petit physiquement pour pouvoir vivre les rigueurs d’un calendrier de 162 matchs… Tu t’es trompé solide sur celle-là, mon Tommy.

Pedro, après avoir été échangé aux Expos, est devenu l’un des lanceurs les plus dominants du baseball majeur. Pedro l’a d’ailleurs prouvé en 1997 avec une fiche remarquable pour une équipe perdante. Les Expos avaient terminé à l’avant-dernier rang de la division. Lors de cette fulgurante saison de 1997, Pedro a mené la ligue pour la MPM avec 1.90 en plus de remporter 17 victoires contre huit revers. De plus, c’est cette même saison qu’il réussira l’exploit de retirer 305 frappeurs sur des prises.

Après cette remarquable saison, Pedro a fait son baluchon pour s’en aller à Boston, où il s’est élevé au rang de super vedette. C’est avec les Red Sox qu’il réussira l’exploit une deuxième fois en 1999. 1999 a été la meilleure saison en carrière pour Pedro. D’ailleurs, il a terminé avec une fiche de 23 victoires contre seulement quatre défaites et une MPM de 2.07. Il a de plus fait mordre la poussière à 313 frappeurs. Il a remporté par le fait même la triple couronne décernée au lanceur avec le plus de victoires, la meilleure MPM et les plus de retraits sur trois prises.

C’était un plaisir de pouvoir le voir lancer. Un p’tit maigrichon avec une rapide dévastatrice… elle n’était toutefois rien en comparaison avec son fantastique changement de vitesse.

YouTube.com / Pedro Martinez réussi son 300e K face aux Marlins de la Floride au Stade olympique de Montréal

Maintenant, entrons dans un groupe très sélect, qui a réussi l’exploit à trois reprises de retirer 300 frappeurs ou plus durant une même saison. Celui que je vous présente à l’instant n’a lancé que 12 saisons avant de se retirer prématurément à l’âge de 30 ans.

Sandy Koufax aurait pu en accomplir encore plus qu’il ne l’avait fait. Par contre, il a dit que lorsque sa carrière se terminerait, il voudrait être capable de se servir de son bras gauche pour le reste de sa vie, car il avait des maux de bras. Il n’a porté que l’uniforme des Dodgers, à Brooklyn et à Los Angeles. Il a lancé entre 1955 et 1966. Il était le lanceur gaucher le plus dominant de sa génération. En plus de posséder une excellente balle rapide, il possédait toute une balle courbe. Clayton Kershaw s’en est inspiré.

Publicité

Koufax a réussi son premier fait d’armes en 1963, retirant sur des prises pas moins de 306 frappeurs en plus de conserver une formidable fiche de 25 victoires contre cinq revers et une MPM de 1.88. Lors de sa deuxième occasion en 1965, Koufax a passé pas moins de 382 frappeurs dans la mitaine. Un record qui a duré jusqu’en 1973 lorsque le grand Nolan Ryan l’a surpassé avec un seul retrait sur des prises de plus, soit 383.

Le légendaire Ernie Banks disait de Koufax qu’il avait une remarquable balle rapide qui montait et une balle courbe qui semblait arriver aux épaules, mais qui tombait jusqu’aux chevilles. À la fin, tu savais que tu serais embarrassé. Tu te faisais retirer d’une façon ou d’une autre.

De plus, il a réussi l’exploit lors de sa toute dernière saison en 1966, obtenant un grand total de 317 retraits. Koufax était dans une classe à part.

YouTube.com / Sandy Koufax retire 15 frappeurs des Yankees de New York sur trois prises lors de la Série mondiale de 1966

Curt Schilling a lui aussi réussi l’exploit à trois reprises, deux fois avec les Phillies de Philadelphie et l’autre avec les DiamondBacks de l’Arizona. Il a de plus porté l’uniforme des Red Sox de Boston, des Orioles de Baltimore et des Astros de Houston.

Schilling a connu une fantastique carrière, lui qui vient tout juste de voir les portes du Temple restées fermées pour lui une fois de plus. Schilling a été un lanceur dominant tout au long de sa carrière de 20 saisons, qui a pris fin en 2007 après la conquête de la Série mondiale. Schilling a réussi sa première campagne de 300K en 1997 avec un total de 319. Il avait de plus remporté 17 victoires contre 11 revers.

YouTube.com / Curt Schilling réussi son 300e retrait sur trois prises face aux Mets de New York au Veteran Stadium de Philadelphie en 1997

Il a réussi à retirer plus de 300 frappeurs sur des prises une deuxième fois lors de la saison suivante en 1998, soit en en retirant un total de 300, toujours dans l’uniforme des Phillies de Philadelphie. Il avait eu une fiche de 15-14 en 1998. Il a réussi l’exploit à une autre occasion avec les DBacks de l’Arizona en 2002. Il avait compilé une fiche formidable de 23 victoires contre seulement sept revers et une MPM de 3,23. De plus, il avait retiré sur trois prises pas moins de 316 frappeurs.

Schilling était comme le bon vin. Il a réussi ses exploits à l’âge de 30 ans ou plus. Nonobstant ses propos hors terrain, Schilling mérite amplement d’être au Temple de la renommée.

Image par défaut
Paul Leblanc
Publications: 149