Clint Frazier est métamorphosé

On a beau avoir beaucoup de talent et une extrême confiance en soi, ce n’est pas nécessairement un gage de succès. Et ça, Clint Frazier l’a enfin compris. Ce qui a ressorti de la première semaine du camp d’entraînement des Yankees, c’est qu’il semble avoir été frappé par la foudre de la maturité.

Celui qui a déjà fait les manchettes dans le passé pour avoir demandé le numéro 7 de Mickey Mantle ou pour avoir refusé de couper sa longue tignasse rousse semble être ailleurs dans sa carrière. Bien qu’il ait réfuté ses histoires, elles « fittaient » bien avec le personnage.

Publicité

Clint Frazier 2.0

Qu’est-ce qui explique ce changement d’attitude? C’est simple : pour la première fois de sa carrière, il est assuré d’avoir un poste. Il n’a plus à s’inquiéter de retourner dans le AAA à la fin du camp.

Malgré le retour de Brett Gardner, la job est à Frazier. Et Gardner l’a bien compris. Le vétéran est à la croisée des chemins, et il accepte son rôle. Maintenant, il est un réserviste et surtout, un grand frère pour Frazier.

Publicité

Toute la semaine, on a vu les deux hommes discuter ensemble pendant les entraînements. Gardner lui donne des conseils et Frazier écoute attentivement. Le vétéran est déjà passé par là lorsqu’en début de carrière, il tentait d’avoir le poste de Johnny Damon.

Jusqu’ici en carrière, Clint Frazier a disputé l’équivalent d’une saison complète. En 162 matchs, il a frappé 24 circuits et accumulé 82 points produits. Il sera intéressant de voir ce qu’il pourra faire en jouant tous les jours.

Maintenant que ses frasques sont chose du passé, il peut se concentrer sur son jeu. S’il pouvait voyager dans le temps, il aurait un message pour son lui-même du passé.

Si je pouvais écrire une lettre au moi-même de l’époque, je dirais, « sois toi-même, mais baisse le niveau d’un cran. Ferme-la et swing le bat ». Oh et attrape la balle. Définitivement, attrape la balle.

– Clint Frazier
Image par défaut
Jean-François Rivard
Publications: 97