Marijuana : des carrières détruites par des drogues de performance

Comme on le sait, dans le monde du sport, de nombreux athlètes se servent de drogues pour améliorer les performances sur le terrain. Les joueurs de baseball ne font pas exception. On connaît de nombreux cas de joueurs qui ont fait l’objet de scandale en raison d’usage de drogue pendant leur carrière, et parfois, des histoires ressortent des années après la fin d’une carrière.

On parle souvent de ce que l’on appelle en anglais des performance-enchancing drugs (PED, ou drogues améliorant la performance, DAP). On compte notamment la marijuana que les athlètes consomment pour à la fois améliorer leur performance sur le terrain, dont le coup de bâton, le lancer et la vitesse.

Publicité

Parlez-en à Zack Dodson, qui a vu sa carrière – et sa vie personnelle – chamboulée à la suite d’infractions commises dues aux DAP, en début de carrière. Le lanceur, aujourd’hui âgé de 30 ans, faisait partie de l’organisation des Orioles de Baltimore lorsqu’il s’est fait prendre à consommer de la dope à l’extérieur du terrain. Il a reçu deux suspensions successives, une de cinquante matchs et l’autre de cent. Rapidement, les choses se sont mises à débouler pour lui.

Dans sa tête, Dodson se disait, « Je ne fais de mal à personne. Je ne triche pas. Je ne fais donc rien de pas correct. » Bien sûr, il n’y avait personne qui ne pouvait le surveiller – encore moins le juger – sur ce qu’il faisait seul le soir, dans sa chambre à coucher. Ça ne regardait personne d’autre que lui.

Il avoue aujourd’hui regretter ce qu’il pensait, mais que c’est tout de même facile à dire, après ces années. « Je me sens idiot, aujourd’hui ». Mais bien sûr, le mal est fait, et ça lui aura coûté des relations importantes pour lui, notamment avec ses parents et son amoureuse.

Publicité

Regardons un instant la situation dans d’autres sports. Dans la LNH, notamment, on constate une tendance particulière envers les antidouleurs. C’est ce qui a été révélé en septembre dernier dans un documentaire de TSN, The Problem of Pain, relayé par Richard Labbé de La Presse. Ryan Kesler a admis qu’alors qu’il jouait pour les Ducks d’Anaheim, il consommait énormément de Toradol après s’être brisé les os. Il a ensuite eu plusieurs maux au corps, notamment des troubles intestinaux, des trous dans son colon, ainsi que la maladie de Crohn, après avoir utilisé cette substance de manière abusive. Aujourd’hui, sa vie n’est plus normale.

Un autre texte de Mathias Brunet révèle qu’entre les quatre ligues sportives professionnelles (MLB, NBA, LNH et NFL), le baseball majeur est le plus tolérant en matière de stimulant. Reste qu’il y a quand même plusieurs mesures mises en place si un joueur est coincé à en consommer, et il y a des suspensions prévues à cet effet.

Le dossier n’est donc certainement pas clos, et la situation ne s’améliorera pas tant que les joueurs auront la possibilité de s’en procurer.

passionmlb.com-2020-05-18_14-56-51_236082
  • Les dernières signatures.
Image par défaut
Daniel Birru
Publications: 224