Le club des 300K : Bob Feller, Vida Blue, Mickey Lolich et Steve Carlton

Je me lance aujourd’hui dans une série d’articles sur les lanceurs ayant réussi 300 retraits sur trois prises en une saison. Je tiens à préciser que je ne mentionnerai que les joueurs de l’ère moderne dans cette série. Aucun joueur ayant évolué au 19e siècle ne fera partie de ces articles. Seulement 19 joueurs ont réussi l’exploit au moins une fois depuis 1903, la première saison où a eu lieu la Série mondiale. Les quatre joueurs dont je vais parler aujourd’hui ne l’ont réussi qu’à une seule reprise. Allons-y!

Débutons avec un lanceur qui a passé toute sa carrière avec les Indians de Cleveland, « Rapid Robert » Bob Feller. Feller a passé ses 18 saisons dans l’uniforme des Indians entre 1936 et 1956 ayant raté trois saisons dans le prime de sa carrière pour servir durant la Deuxième Guerre mondiale de 1942 jusqu’au début de 1945, où il ne participera qu’à neuf matchs. Malgré une remarquable carrière, Feller n’a réussi 300K qu’à une seule occasion, soit en 1946. Cette année-là a également été sa meilleure campagne, remportant 26 matchs.

Publicité

La balle rapide de Feller est aussi légendaire que son nom. Cette année-là, Feller était intouchable en réussissant un total de 348 retraits sur des prises en 371.1 manches. Il a réussi ce fait d’armes dès sa première année complète en revenant de la guerre à l’âge de 27 ans. Feller a tout fait en 1946 pour essayer de battre le record de 349 à cette époque détenu par Rube Waddell. Voici une savoureuse citation du gérant des Senators de Washington en cette saison 1946 : « Va au bâton et frappe ce que tu peux voir… si tu ne vois rien, reviens à l’abri des joueurs. »

YouTube.com / « Rapid Robert » Bob Feller a connu une remarquable carrière dans l’uniforme des Indians de Cleveland

Le prochain a passé la majorité de sa carrière en Californie près de la baie de San Francisco, soit à Oakland et San Francisco. Vida Blue a été une grande vedette Oakland durant les années 70. De plus, Blue a aussi enfilé l’uniforme des Royals de Kansas City vers la fin de sa glorieuse carrière. Blue a connu une carrière de 17 saisons.

Blue a réussi l’exploit de plus de 300 retraits sur trois prises à une seule reprise, soit en 1971 à l’âge de 21 ans seulement. En 1971, Blue avait réussi l’exploit à son dernier match de la saison en enregistrant un total de 301 retraits sur trois prises. Cette saison 1971 a été la meilleure de toute sa carrière, où il remporta également 24 victoires et une MPM de 1.82. Sans lui, les A’s n’auraient pas gagné trois Séries mondiales consécutives de 1972 à 1974. Blue a été une pièce maîtresse des Athletics d’Oakland.

YouTube.com / Vida Blue faisant face aux étoiles de la Ligue nationale en 1971

Mickey Lolich a lancé presque toute sa carrière avec les Tigers de Detroit, soit 13 de 16 saisons. Il a de plus lancé pour les Mets de New York et les Padres de San Diego à la fin de sa carrière. Lolich a été un excellent lanceur pour les Tigers, surtout en 1971, où il a réussi sa meilleure saison. C’est cette même année qu’il a réussi un grand total de 308 retraits sur trois prises en plus de remporter 25 victoires. Aucun lanceur des Tigers n’a réussi ces deux faits d’armes depuis. C’était toute une prouesse de réussir cela.

Par contre, il avait remporté trois victoires lors de la Série mondiale de 1968 face aux Cardinals de Saint-Louis et les trois face au légendaire Bob Gibson. Cela nous démontrait son immense talent.

Publicité
YouTube.com / Mickey Lolich surprend Lou Brock et Curt Flood des Cardinals de Saint-Louis lors de la Série mondiale de 1968

Le dernier de cette remarquable liste est bien connu des partisans de Montréal, Steve Carlton. Comme vous le savez, Carlton a lancé 15 de ses 24 saisons à Philadelphie. Il a de plus porté les uniformes des Cardinals de Saint-Louis, des Giants de San Francisco, des White Sox de Chicago, des Indians de Cleveland et des Twins du Minnesota.

Steve Carlton a connu toute une saison en 1972, sa première dans l’uniforme des Phillies. Il prouvait ainsi sa grande valeur. En plus de remporter 27 victoires et une MPM de 1.97, il a réussi 310 retraits sur trois prises.

YouTube.com / Montage de retraits sur trois prises de la carrière de Steve Carlton

Cela a élevé Carlton au rang de super vedette. Les Phillies avaient perdu 97 rencontres cette année-là. Cela faisait de lui la meilleure performance individuelle de 1972.

Willie Stargell, des Pirates de Pittsburgh, avait donné cette bien drôle de citation: « Je frappe ses offrandes comme celles de Sandy Koufax…. et c’est comme boire du café avec une fourchette. »

Huit saisons plus tard, Carlton menait les Phillies à la conquête de la Série mondiale.

Image par défaut
Paul Leblanc
Publications: 149