George Springer : l’homme qui inspire le changement humain

Le rapport qui unit les partisans aux athlètes professionnels est fort singulier et même difficile à analyser de façon rationnelle.

De par leurs performances, les sportifs élites nous font vibrer, vivre des émotions uniques, allant des larmes de joie aux larmes du désespoir. On les aime tellement, qu’il arrive même que l’on nomme nos enfants en leur honneur! On aimerait être à leur place, si bien que jeune, plus tard dans la vie, je voulais devenir joueur de hockey pour les Canadiens de Montréal (ou, comme plan B, Maître Pokémon). Qui ne l’a pas rêvé?

Publicité

Tellement, qu’on en vient à oublier que ce sont des humains et que les êtres humains ont tous leurs enjeux de vie. Je vais être franc avec vous : je ne connaissais pas à fond la nouvelle acquisition des Blue Jays de Toronto, George Springer, outre qu’il était un tricheur avec les Astros de Houston. Puis, j’ai vu cette très courte vidéo et j’ai eu le cœur léger. J’ai eu foi en mon prochain.

Springer, un enfant renfermé

Je suis persuadé que vous savez tous que le voltigeur a été lauréat du titre de MVP de la Série mondiale, qu’il a été nommé trois fois au Match des étoiles, etc. Mais saviez-vous qu’il a eu une enfance plus difficile en raison d’un problème de bégaiements? En effet, il a développé divers troubles, dont l’anxiété, en lien avec les moqueries des autres enfants. Si vous banalisez la chose, je peux comprendre ce qu’a pu vivre le numéro 4 puisque mon meilleur ami d’enfance était légèrement bègue. Et il se le faisait souvent tristement rappeler…

Rendu où il est rendu, l’argent, le succès, les trophées, l’athlète de 31 ans aurait pu juste s’en foutre et clore ce triste chapitre du livre de son histoire. Au lieu, il est acteur de changement. Il monte au front. Il embellit la vie des jeunes et surtout, leur donne espoir. Leur donne espoir en leur prouvant que les choses s’arrangent avec le temps, qu’ils peuvent accomplir ce qu’ils veulent dans la vie et d’avoir l’étoffe de s’assumer en étant qui ils sont, tels qu’ils sont.

Publicité

Pour ce faire, il est porte-parole de l’organisme SAY, organisme venant en aide aux jeunes qui partagent leur quotidien avec un problème de bégaiement. Il leur offre une voix, calme et rassurante, pour leur dire que leur voix à eux aussi mérite d’être entendue. Je trouve ça beau.

https://twitter.com/BlueJays/status/1353033526724194306?s=20

La complicité

Vous avez vu le jeune garçon de six ans en début de vidéo et son grand sourire. C’est ça, le pouvoir des sportifs. Oui, surtout, je retiens la complicité entre les deux personnes. Je demeure persuadé que le joueur étoile a été autant heureux, sinon plus, de donner ses gants à Brendan que ce dernier a pu l’être en les recevant.

D’entrée de jeu, je vous disais que le lien unissant les partisans et les athlètes était difficile à comprendre. C’est justement, il n’y a rien à comprendre dans la relation entre un homme de 31 ans et un de six. Un millionnaire et l’autre non. Cependant, le lien qui les unit est beaucoup plus fort que le rationnel peut nous l’expliquer.

Je vais porter une plus grande attention en 2021 à George Springer et être rédempteur à son endroit. Vous avez vu comment il traite la jeunesse de demain : imaginez maintenant comment les jeunes des Jays sont entre bonnes mains!

Image par défaut
Maxime Trudeau
Partisan #1 des Royals de Kansas City. Joueurs favoris: Whit Merrifield, Christian Yelich. Passion pour tout ce qui touche le monde du sport et le milieu agricole. Le Plateau Mont-Royal, Montréal. Bachelier Université du Québec à Rimouski, Communication Relations humaines.
Publications: 170