L’heure du choix pour les équipes des ligues mineures réformées

Hier a été une grosse journée dans les ligues mineures de baseball. La MLB a rendu publique la liste des 120 équipes (119, en fait) qui pourraient former les ligues mineures réformées par Robert Manfred, près de 13 mois après la première nouvelle de l’élimination de 42 équipes.

On pourrait penser que les équipes chanceuses ont poussé un grand soupir de soulagement en recevant leur invitation. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Elles n’ont peut-être en fait reçu rien de plus qu’un cadeau empoisonné.

Publicité

Signer un contrat qui n’existe pas

Un adulte responsable vous a sûrement un jour dit de toujours lire un contrat avant de le signer, surtout la dizaine de pages écrites en petits caractères qui contiennent tous les pièges dans lesquels on tombe tous un jour ou l’autre. Eh bien, ce qu’a fait Robert Manfred hier est encore pire : il a invité les équipes à signer un contrat vierge qu’il promet d’écrire autour de leur paraphe.   

C’est ce qu’explique le spécialiste JJ Cooper dans l’article ci-dessous. Premièrement, ce qui a été envoyé aux équipes hier n’est qu’une invitation à faire partie des ligues mineures. Personne n’y est contraint. C’est une offre alléchante, certes, mais certaines organisations pourraient tout de même la refuser.

Le baseball majeur et les équipes mineures sont légalement liés par les licences de développement professionnel (Professional Development Licences). Elles contiennent « des détails sur les déplacements, les commandites, les frais d’exploitation, les installations, la durée des licences et leur valeur » (Cooper). Cependant, ces licences, les nouvelles réécrites par la MLB, ne seront pas prêtes avant deux semaines. Selon les informations obtenues par Cooper, on ne connaît présentement que deux choses qui seront inscrites dans la licence : les équipes devront signer une entente de non-publication et renoncer à poursuivre la MLB.

Publicité

Les formations qui accepteraient l’invitation ne savent donc même pas dans quoi elles s’embarquent. Les « détails » contenus dans les licences sont extrêmement importants et surtout coûteux pour certaines équipes. Elles pourraient donc refuser l’invitation. Dans ce cas, une équipe qui n’aurait pas reçu d’invitation la première fois serait contactée.

On sait déjà qu’environ une quarantaine d’équipes accepteront l’invitation avant la publication des licences puisqu’elles sont la propriété, en tout ou en partie, de l’équipe des Majeures à laquelle elles sont affiliées. Pour les autres, il faudra être patient. Le tout retarde la publication de la structure officielle des MiLB et du calendrier 2021.

Le baseball indépendant se réjouit

J’en avais déjà parlé dans un article précédent, mais cette réforme est une excellente nouvelle pour le baseball indépendant. On sait déjà que 24 des 42 équipes éliminées des mineures ont trouvé refuge dans une ligue indépendante et deux ligues universitaires d’été. Il en reste donc 18 qui se cherchent une nouvelle maison.

Le président des Capitales de Québec Michel Laplante en a d’ailleurs parlé aux médias aujourd’hui. L’homme d’affaires envisage de voir naître plusieurs équipes sur le territoire couvert par la Frontier League. Il nomme notamment les villes de Burlington au Vermont et d’Albany dans l’État de New York, qui ont été laissées pour compte. Bref, partisans des Titans, des Aigles et des Capitales, préparez-vous à apprendre beaucoup de nouveaux noms dans les prochaines années.

Image par défaut
Fred Lamontagne
Joindre deux passions: l'écriture et le baseball. Je m'intéresse particulièrement au développement de joueurs et leur progression vers le Show, et au baseball comme business.
Publications: 284