Le club des 300 : Tom Glavine et Randy Johnson

Débutons ce dernier texte du club des 300 avec un excellent lanceur gaucher, qui comme Greg Maddux, a été un joueur très détesté du public montréalais.

À lire aussi : sixième texte de la série.

Publicité

J’ai nommé Tom Glavine. Glavine a connu une remarquable carrière, tout comme ses coéquipiers Maddux et Smoltz. Glavine, comme Maddux, est un lanceur tout en finesse. Lui non plus n’avait pas une grosse balle rapide, mais savait comment jouer avec les frappeurs. Glavine était tout un athlète autant au baseball qu’au hockey, étant également repêché par les Kings de Los Angeles. Par contre, il a fait le bon choix en choisissant le baseball.

Il a lancé entre 1987 et 2008. Glavine n’a enfilé que deux uniformes dans sa carrière, celui des Braves d’Atlanta et celui des Mets de New York. On l’a toujours eu dans les pattes, celui-là. Il a joué durant 22 saisons, dont 17 avec les Braves d’Atlanta. Par contre, c’est dans l’uniforme des Mets de New York qu’il a remporté sa 300e victoire face aux Cubs à Chicago le 6 août 2007.

YouTube.com / Tom Glavine remportant sa 300e victoire face aux Cubs à Chicago le 6 août 2007

En carrière, Glavine a cumulé une fiche de 305 victoires contre 203 revers et une MPM de 3.54. Glavine vivait sur les coins du marbre. Il devait user de ruse et de finesse pour retirer les frappeurs. Il a remporté deux trophées Cy Young. Donc, Maddux et lui ont remporté six trophées à deux en 10 saisons. C’est une des raisons de leur dominance durant les années ’90.

Glavine a remporté la Série mondiale en 1995 avec les Braves d’Atlanta et avait été choisi le MVP de la série. En 14 manches, il a remporté ses deux départs, effectué onze retraits sur trois prises avec une MPM de 1,29 face aux Indians de Cleveland. En 35 départs en séries en carrière, il a lancé 218 1/3 manches, une fiche de 14-16 et une MPM de 3.30. Il est le dernier lanceur à avoir remporté 20 victoires ou plus lors de trois saisons consécutives en 1991-92-93.

Il a dominé la Ligue nationale à cinq reprises au chapitre des victoires et à six occasions pour le nombre de départs. Un lanceur durable avec une moyenne de 31 départs par saison en carrière. Tom Glavine a fait son entrée au Temple de la renommée à Cooperstown en même temps que son bon ami Greg Maddux et son ancien gérant Bobby Cox en 2014.

Publicité

Randy Johnson, lanceur gaucher, est celui qui a été le plus intimidant que j’ai pu voir lancer. WOW! Du haut de ses six pieds 10 pouces et un regard à faire peur, Johnson était de loin le plus redouté des ligues majeures. Le « Big Unit », comme on le surnommait, avait une balle rapide qui touchait régulièrement les 100 MPH avec une balle glissante des plus dévastatrices.

Il était un lanceur qui avait besoin d’être poli, comme un bijou. Les Expos avaient un diamant brut entre les mains et ont décidé de l’échanger aux Mariners de Seattle en 1989 et on connaît la suite. Et c’est à Seattle qu’il est devenu le lanceur intimidant que l’on a connu. « Big Unit » a remporté sa 300e victoire dans l’uniforme des Giants de San Francisco, ironiquement face aux anciens Expos, les Nationals de Washington, le 4 juin 2009.

Johnson a connu une carrière de 22 saisons entre 1988 et 2009. À part ceux des Mariners et des Expos, il a enfilé les uniformes des Astros de Houston, des Yankees de New York, des DBacks de l’Arizona et des Giants de San Francisco. Il a remporté le trophée Cy Young à cinq occasions, dont quatre consécutifs avec l’Arizona, et a terminé au deuxième rang de l’histoire au chapitre des retraits sur trois prises avec 4875 (derrière Nolan Ryan).

YouTube.com / Randy Johnson remportant sa 300evictoire face aux Nationals à Washington le 4 juin 2009

Par contre, il est le gaucher le plus prolifique pour les retraits sur trois prises devant son plus proche poursuivant, qui est le grand Steve Carlton avec 4136. Johnson était le gaucher le plus dominant des Majeures à la fin des années ’90. Il représentait tout un one-two punch avec Curt Schilling en 2001 lors de la conquête de la Série mondiale. Il a d’ailleurs été choisi le MVP avec une fiche de 3-0 en trois matchs, une MPM de 1.04 et 19 retraits sur trois prises en 17.1 manches.

Johnson a mené la ligue pour la MPM quatre reprises et les K à neuf occasions, incluant sa saison la plus prolifique en 2001 avec 372, neuf de moins que le record détenu par Nolan Ryan.

Johnson a été intronisé au Temple de la renommée en 2015 avec un total 97.27 % des voix. Il est le meilleur lanceur gaucher que j’ai eu l’occasion de voir lancer de mon vivant jusqu’à maintenant. Le grand numéro 51 est le gaucher le plus dominant des dernières décennies.

Image par défaut
Paul Leblanc
Publications: 145