En ta mémoire, Derek

Ce matin, un grand homme a quitté ce monde. Un énorme contributeur dans le développement du baseball au Québec, un pilier dans le domaine du journalisme sportif, un excellent animateur, un mari, un fils, un ami et un père de famille s’est éteint beaucoup trop tôt en la personne qu’était Derek Aucoin.

J’ai appris la chose par l’entremise de mon père, qui m’a transmis la nouvelle tout à l’heure. Je savais que ça s’en venait, que tu partirais bien un jour, mais de savoir que tu l’es vraiment me dévaste.

Publicité

Il est impossible pour moi d’ignorer l’impact que tu as eu dans ma vie, Derek. Aujourd’hui, en ce triste jour, j’ai envie de laisser mon cœur parler. J’ai envie d’oublier que tu n’es plus là pour simplement te raconter ce que tu signifiais pour moi. Et de me rendre compte que je suis tellement loin d’être le seul pour qui tu as eu une belle influence.

Même si tu n’auras jamais l’occasion de lire ce texte, je veux que tu saches que du plus loin que je puisse me remémorer, tu as toujours été l’un des visages du paysage médiatique québécois que j’admirais le plus.

Lorsque je n’étais encore qu’un gamin, à l’école primaire, c’était ta voix qui me berçait doucement vers le sommeil. Je t’écoutais à Bonsoir les sportifs, et j’adorais le faire. Bon, tu n’étais pas le seul à occuper le micro principal, mais les soirs où tu le faisais, il y avait cette petite étincelle qui flottait dans les environs, et qui me faisait comprendre que j’assistais à quelque chose de spécial.

Je ne connais personne qui ait parlé en mal de toi. Partout où tu passais, tu avais le don de laisser une énergie positive et un bel impact sur les personnes rencontrées en chemin. Je n’ai jamais eu la chance de te rencontrer en personne, mais tous ceux qui l’ont eu, cette chance, ont une opinion unanime ; tu étais une bonne personne. Un homme d’une extrême bonté. Un vrai passionné.

Je t’ai écrit, en mars 2018, après le match des Blue Jays au Stade olympique. Vladimir Guerrero Jr. avait frappé un circuit à la toute fin du match. L’ambiance dans le stade était exaltante, et tu as demandé des commentaires par rapport à cela à la radio. Tu as eu la prestance de me répondre.

Je t’ai par la même occasion confié que je souhaitais de tout mon cœur devenir journaliste sportif et que tu étais l’une des bonnes raisons pour lesquelles je désirais faire de cette profession mon chemin de vie. Tu étais heureux de l’apprendre.

Publicité

En mai 2020, soit deux ans plus tard, on savait que tu traversais une rude épreuve. Je t’ai écrit à nouveau, pour te dire que toi et ta famille aviez tout mon support. J’en profite pour offrir à Isabelle et à Dawson mes plus sincères condoléances.

Je t’ai confié qu’en l’espace de deux ans, j’ai eu le temps de terminer d’abord mon secondaire 5 puis ma première année de cégep, en journalisme. Je t’ai dit que tranquillement, mon rêve de petit garçon se réalisait et que tu en étais l’une des causes.

passionmlb.com-2020-12-27_16-40-16_713294

Voici ce que tu m’as répondu. Ce message, je le chérirai toujours. Car de faire son chemin et de suivre sa passion, c’est exactement ce que tu faisais. Maintenant que tu n’es plus là, les quelques instants que tu as pris pour me répondre ce matin là, je les apprécie encore plus. Ils valaient déjà beaucoup à mes yeux, mais ils sont maintenant inestimables.

Je ne peux pas raconter Derek Aucoin avec la perspective des autres, je ne peux pas en faire un résumé aussi étoffé que d’autres. Mais je suis capable d’affirmer qu’il est l’une des personnes les plus inspirantes avec qui j’ai été en contact, et de partager cela en ce jour symbolique m’aide à passer au travers.

J’espère qu’en lisant ce texte, vous pouvez vous aussi penser à un moment où Derek vous a fait sourire, où il vous a aidé à traverser une journée, voire une période difficile.

Derek, tu t’es battu durant 18 mois. Tu as fait preuve d’un immense courage. Même si ça m’arrache le cœur de dire cela, il est maintenant temps pour toi de te reposer. Tu as laissé ta marque sur le monde. Et elle est magnifique.

Repose en paix, Derek.

Image par défaut
William Thériault
Combinant jeunesse, fougue et ambition, il a fait son entrée dans le paysage médiatique en 2016. Étudiant en journalisme au Cégep de Jonquière, il fait partie de Passion MLB, mais aussi d'AlleyOop360 et de la radio CKAJ 92.5 FM.
Publications: 321