Steve Cohen veut célébrer le jour Bobby Bonilla au Citi Field

Lorsque les Mets de New York ont libéré Bobby Bonilla après une saison en 1999, il restait encore 5,9 millions de dollars à son contrat. À ce moment, la famille Wilpon ne voulait pas que le quatrième joueur le mieux payé en 2000 soit quelqu’un qui n’était même pas dans leur équipe.

La décision a alors été prise qu’ils reporteraient le paiement de 5,9 millions de dollars jusqu’en 2011, avec un taux d’intérêt de 8 %, puis rembourseraient le solde en versements annuels de 1,19 million de dollars à chaque 1er juillet jusqu’en 2035. C’est triste et drôle à la fois…

Publicité

Avec la fortune incommensurable du nouveau propriétaire Steve Cohen, plusieurs se demandent s’il fera un chèque à Bonilla pour mettre un terme à la saga. Mais le richissime homme d’affaire veut plutôt s’amuser avec la situation.

« Passons au vote. Que diriez-vous d’avoir une journée Bobby Bonilla chaque année? Lui donner un chèque surdimensionné et faire un tour autour du stade. Ça pourrait être amusant. »

Vaut mieux en rire qu’en pleurer, n’est-ce pas?

Publicité

Rappelons qu’avec le salaire minimum de la MLB établi à environ 560 000 $, Bonilla reçoit plus du double de ce que certains joueurs des Mets gagnent chaque année.

Il serait temps de passer à autre chose, surtout pour les partisans des Mets qui voient enfin la lumière au bout du tunnel avec la prochaine saison morte qui s’annonce très vivante dans le Queens.

Default image
Sébastien Berrouard
Passionné de Baseball depuis ses neuf ans, soit depuis plus de 20 ans, il aime tout ce qui se rattache au plus grand passe-temps des américains. C'est donc avec grand plaisir qu'il analyse les faits et gestes des acteurs de la MLB.
Alleyop360Attitude Football