Que faire avec Chase Anderson?

Chase Anderson fait actuellement l’objet d’un dilemme au sein de l’organisation des Blue Jays. On le sait capable de produire de belles saisons en tant que partant régulier, mais ce qu’il a démontré en montant sur le monticule cette année laisse à désirer.

La situation contractuelle actuelle du droitier de 32 ans permettrait à Toronto de le ramener pour une autre année, au coût de 9,5 millions de dollars. Certes, Anderson est un morceau intéressant à compter au sein de son effectif, là n’est pas la question. Là où se trouve le dilemme, c’est dans le montant qui lui sera versé si cette option venait à être appliquée par le club ontarien.

Publicité

Que faire? Devrait-on le laisser partir en raison du calendrier moins productif qu’il vient de connaître ou tenter la chance de le conserver à Toronto à prix relativement élevé?

Si l’on se fie à ce que l’équipe divulgue à ce sujet, une décision claire n’a pas encore été prise. On ne parle pas d’une option à la Rafael Dolis, qui sera payé 1,5M$ lorsqu’on le ramènera (car il le sera très probablement), mais bien d’un contrat flirtant avec les huit décimales.

Ce qui vient placer le doute principal autour de toute cette situation, c’est le fait qu’Anderson ait connu un calendrier 2020 qui a été en deçà des attentes de sa concession. Maintenant une terrible moyenne de points mérités de 7,22 en 10 matchs disputés. dont sept départs, l’ancien des Cardinals et des Brewers a connu sa pire saison dans les Majeures.

Publicité

Ce qui vient jouer en sa faveur, c’est premièrement la longueur de la saison. En 60 matchs, si tu connais une mauvaise séquence, tu n’as pas vraiment le temps de te rattraper. C’est beaucoup plus facile lorsque tu disposes de 162 rencontres pour reprendre ton rythme.

Ensuite, c’est le fait qu’il ait habitué les gens à plus. Lorsqu’il jouait pour Milwaukee, Anderson a connu deux très belles saisons en trois ans, au cours desquelles il a respectivement cumulé des fiches de 12-4 et 8-4 tout en allouant entre trois et quatre points de moyenne.

Si les Jays croient que la dernière campagne n’était qu’une bourde de sa part et qu’il peut se rediriger sur le bon chemin, la décision de le ramener serait probablement vue d’un bon œil.

Default image
William Thériault
Combinant jeunesse, fougue et ambition, il a fait son entrée dans le paysage médiatique en 2016. Étudiant en journalisme au Cégep de Jonquière, il fait partie de Passion MLB, mais aussi d'AlleyOop360 et de la radio CKAJ 92.5 FM.
Alleyop360Attitude Football