Les Reds sont les plus actifs dans la course pour Trevor Bauer

Que la saison batte son plein ou pas, Trevor Bauer est le genre de gars qui sait faire parler de lui. En vacances depuis la semaine dernière, le lanceur des Reds porte maintenant son attention à se trouver un nouveau chez-soi pour la saison 2021. Joueur autonome dans quelques semaines, Bauer a déjà fait signe aux Red Sox de Boston, dangereusement à la recherche d’un lanceur de sa trempe, et aux Astros, en leur confirmant que malgré tout ce qu’il a dit sur eux, il considérera leur offre.

Mais qu’en est-il de son équipe de la dernière saison? Eh bien, les Reds sont, selon le principal intéressé, bien en avance.

Publicité

Dans cet extrait, Bauer fait l’apologie de la ville du sud-ouest de l’Ohio. Il dit notamment que c’est l’endroit où il a eu le plus de plaisir à jouer au baseball et que Derek Johnson, entraîneur des lanceurs pour les Reds, est le meilleur coach qu’il n’est jamais eu. Venant de Bauer, ce n’est pas peu dire. Il a joué à Cleveland, une très grosse ville de sport, pendant les meilleures années des Indians. Et surtout il a joué sous l’égide d’un des meilleurs entraîneurs de baseball que la Terre ait porté, Terry Francona.

En avance financièrement?

Mais la question demeure : est-ce que les Reds sont plus en avance que les autres pour des questions émotives comme celles évoquées ou pour des raisons financières? Cincinnati n’est pas le plus gros marché de baseball et les poches des propriétaires ne sont peut-être pas aussi profondes que celles des Red Sox, par exemple.

Avec une saison comme celle qu’il a connue (MPM de 1,73, WHIP en dessous de 1 et un K/9 de 12,3), Bauer peut s’attendre à faire sauter la banque cet hiver. Des lanceurs de ce calibre coûtent cher. On n’a qu’à penser à Gerrit Cole, qui touche 36 millions $ par année ou à Chris Sale qui, lui, touche 30 millions $. Il faut s’attendre à le voir tomber dans ce barème.

Publicité

Et imaginez s’il gagne le Cy Young en plus!

Rappelons toutefois qu’il a longtemps affirmé vouloir signer des contrats d’un an.

Bref, après avoir crié des noms pendant des mois à la ligue et à la COVID-19, la grande gueule du baseball a livré la marchandise cette saison. Voyons voir maintenant si son attitude flamboyante jouera dans la balance lorsqu’il négociera son prochain contrat. Peu importe, l’équipe qui l’accueillera aura bien de la chance.

Default image
Fred Lamontagne
Joindre deux passions: l'écriture et le baseball. Je m'intéresse particulièrement au développement de joueurs et leur progression vers le Show, et au baseball comme business.
Alleyop360Attitude Football