La pandémie pourrait avoir fait mal au projet de garde partagée

Aux dires du chroniqueur Philippe Cantin, qui était de passage sur les ondes du Réseau des Sports (RDS) dans le segment carré d’as, la pandémie mondiale de la COVID-19 pourrait avoir fait très mal au projet de garde partagée entre Tampa Bay et Montréal.

Philippe Cantin estime que les relations tendues entre les propriétaires, les joueurs et le commissaire y sont sans doute pour quelque chose.

Publicité

Nous avions d’ailleurs nous aussi jasé du projet sur les ondes du 91.9 Sports.

Il ajoute que les parties n’ont pas été en mesure de s’entendre sur le plan sportif et que sur le plan sanitaire, ils n’avaient pas le choix de s’y faire.

De ce fait, Cantin soutient que, comme la convention collective prend fin au terme de la prochaine saison (2021), il sera difficile pour les joueurs d’accepter un projet aussi sacrifiant qu’une garde partagée. Les propriétaires seront en demande dans tout ce dossier et ils ne seront pas flexibles après la saison 2020 difficile que tous ont connu.

Pour sa part, le chroniqueur François Gagnon a aussi abondé dans le même sens que son homologue, ajoutant que la province de Québec, ainsi que le Canada, ont des obligations financières qui vont nuire à un tel projet.

Publicité

La crainte de Gagnon se situe aussi dans les succès des Rays, indiquant que leur plus récente place en Série mondiale pourrait créer un engouement au sein des partisans floridiens.

Ainsi, les Rays n’auraient plus besoin de se trouver un deuxième domicile, en raison de ce second souffle de popularité.

En contrepartie, Tony Marinaro croit que la pandémie a permis aux deux groupes (Montréal et Tampa Bay) de discuter pour ficeler les détails pour lancer cette fameuse garde partagée.

Et vous, croyez-vous que le projet soit toujours viable dans son ensemble?

Default image
Antoine Desrosiers
Alleyop360Attitude Football